Skip to content Skip to left sidebar Skip to footer

Echos du conseil

Avis officiels du 14.06.2024

Des élèves du syndicat scolaire CoViCou en répétition pour les spectacles de la semaine prochaine
Une artiste de Circo Bello, qui présentera son spectacle intitulé « Atomic », demain et dimanche à Courtelary

«Circovicou», des spectacles de cirque avec 270 élèves de l’école primaire !

Sous un chapiteau dressé dans le préau du collège de Courtelary, Circo Bello se produit demain et dimanche dans son spectacle « Atomic ». Puis en fin de semaine prochaine, le syndicat scolaire attend plus de deux mille spectateurs. Réservez, c’est indispensable !
Le syndicat solaire CoViCou (écoles primaires et secondaire de Cormoret, Villeret et Courtelary) participe au projet pilote « agent.e.s culturel.le.s Suisse », dont le but est d’offrir l’opportunité de vivre la culture dans les écoles. Le dernier projet en date, intitulé «Circovicou», clôture cette phase pilote de six ans.
Il est le fruit d’une collaboration avec le Centre des Arts du Cirque Circo Bello, de La Chaux-de-Fonds.
Six spectacles auront ainsi lieu sous un vrai chapiteau de cirque au collège de Courtelary les 22, 23 et 26 juin 2024 à 14 h et 18 h. Plus de 2000 spectateurs sont attendus !

Un véritable challenge artistique !
Les 13 classes primaires ont commencé à travailler leurs numéros en septembre 2023, avec les enseignants de cirque de Circo Bello. La partie musicale est assurée par un orchestre de l’Ecole de musique du Jura bernois (EMJB), le chœur des élèves secondaires, l’option guitare et les voix des différentes classes.
Les élèves des options théâtre tissent l’histoire de ce spectacle mis en scène par Christopher Gasser, du cirque Starlight.
« Nous y sommes enfin, c’est l’aboutissement de longs mois de travail intensif, c’est génial ! » s’exclame Manuella Luterbacher, agente culturelle pour CoViCou : « Ces spectacles sont le fruit d’une grande collaboration entre tous ces différents enseignants, et de pas mal de coordination », ajoute-t-elle avec le sourire. 

Un modèle innovant de financement : le multi-projet !
Un des principaux défis était d’obtenir le financement pour exploiter un vrai chapiteau professionnel, symbole du cirque par excellence.
Pour y parvenir, l’idée était de mutualiser les infrastructures pour différents projets. Ainsi, le Centre des Arts du Cirque Circo Bello est parvenu à solliciter la chocolaterie Camille Bloch, qui a soutenu le projet (voir plus bas) et profite des infrastructures pour organiser une grande fête d’été à l’intention de ses collaborateurs. 
« Nous présenterons même notre spectacle professionnel «Atomic», les 15 et 16 juin », informe Hugo Beretta, directeur au Centre Circo Bello.
« Chacun des trois projets – Circovicou, l’évènement pour la Camille Bloch, les spectacles Atomic – est rendu possible grâce aux deux autres et cette mutualisation est une belle façon de réaliser ce qui était à priori impossible ! » ajoute Hugo Beretta. 
Ainsi, tout le Jura bernois aura l’occasion d’assister aux représentations du spectacle « Atomic » de Circo Bello, une belle source d’inspiration pour les élèves également.

Soutiens multiples et généreux
Le projet a grandement bénéficié du soutien de l’entreprise Camille Bloch, qui a généreusement contribué en mettant à disposition des tablettes de chocolat Torino, décorées et vendues par les élèves et les enseignants-es.
Cette réalisation n’aurait pas été possible sans l’énorme implication de Circo Bello, de l’école de musique du Jura bernois, de Jeunesse + Musique, de PLN Sound, du Cirque Starlight, du Canton de Berne et surtout de la confiance des trois communes du syndicat, à savoir Courtelary, Cormoret et Villeret. | COVICOU

*Atomic, de Circo Bello, les 15 juin à19 h 30 et 16 juin à 15 h

*Circovicou 1 (1H – 8H de Cormoret & Courtelary, sans 6H de Courtelary) : 22 juin à 14 h, 23 juin à 18 h et 26 juin à 14 h

*Circovicou 2 (1H – 8H de Villeret avec 6H de Courtelary) : 22 juin à 18 h, 23 juin à 14 h et 26 juin à 18 h.*Le nombre de places étant limité, les réservations pour les spectacles Circovicou sont obligatoires via le site suivant: https://www.booking4show.ch/reservations/

Avis officiels du 07.06.2024

Un exercice financièrement très satisfaisant et des perspectives plus sereines

Les comptes 2023 bouclent sur un bel excédent de produits, grâce à des recettes fiscales plus élevées que prévu et une gestion vigilante des dépenses. De quoi envisager plus sereinement les gros investissements à venir, pour le collège, les ponts et la Fleur de Lys
Vincent Fleury, administrateur des finances, qualifie l’exercice 2023 de très satisfaisant. S’ajoutant aux bons résultats enregistrés ces dernières années, il permet aux autorités d’aborder plus sereinement les gros investissements qui attendent la commune. On pense évidemment à la rénovation intérieure du collège, actuellement à l’étude, mais également à l’assainissements de certaines rues et en particulier la Fleur de Lys, ainsi qu’aux travaux à prévoir sur les ponts du village.
Vincent Fleury, administrateur des finances, qualifie l’exercice 2023 de très satisfaisant. S’ajoutant aux bons résultats enregistrés ces dernières années, il permet aux autorités d’aborder plus sereinement les gros investissements qui attendent la commune. On pense évidemment à la rénovation intérieure du collège, actuellement à l’étude, mais également à l’assainissements de certaines rues et en particulier la Fleur de Lys, ainsi qu’aux travaux à prévoir sur les ponts du village.
Après attribution d’un montant de 700’000 francs au Financement spécial pour les bâtiments du patrimoine administratif, le compte général boucle sur un excédent de produits de quelque 85’000 francs.
Voilà qui révèle une amélioration de 255’000 francs environ, puisque le budget prévoyait un excédent de charges de l’ordre de 170’000 francs.

Deux causes principales
Par apport au budget, l’amélioration totale avant attribution spéciale atteint quelque 950’000 francs. Une embellie qui trouve sa source dans deux causes principales.
Les recettes fiscales, tout d’abord, se sont révélées nettement supérieures aux prévisions, puisque de quelque 650’000 francs. C’est au rôle de personnes morales, dont on sait que les rentrées sont totalement imprévisibles, que l’augmentation a été la plus marquée, avec 531’000 francs de plus que prévu, pour atteindre un montant correspondant tout bonnement au double espéré.
Dans une situation économique très volatile, en raison surtout des conflits armés actuels, le budget est dans ce domaine un véritable exercice d’équilibrisme, qui peut basculer aussi facilement d’un côté que de l’autre.
La deuxième cause de l’embellie est à chercher dans une baisse de charges constatée dans toute les rubriques, grâce à un respect général du budget. L’administration municipale et les autorités exercent en effet une surveillance constante et vigilante sur toutes les dépenses.

En parcourant les rubriques
Au titre de l’Administration générale, les charges sont inférieures de 49’000 francs au total budgété (598’000 francs), ce qui représente une baisse de 8 pour cent dans quasiment chaque rubrique. Un effet direct de la surveillance serrée des dépenses.
Des écritures internes, pour quelque 11’000 francs, expliquent en grande partie la différence de charges au chapitre Ordre-sécurité publique-défense, laquelle est de 20’000 francs sur un budget de 152’000.
Rien de spécial à signaler au chapitre Culture-sport-église, avec des charges de 13’000 francs inférieures au total budgété (155’000).

On prépare l’avenir
Au chapitre de la Formation, l’augmentation des charges atteint quelque 590’000 francs, mais s’explique par l’attribution de 700’000 francs, précisée plus haut, au FS des bâtiments administratifs ; un montant qui permettra rappelons-le de lisser les coûts liés à l’amortissement des travaux prévus au collège.
Sans cette attribution, les charges de la Formation sont en fait inférieures de 110’000 francs environ au montant budgété ; une baisse qui s’explique par des variations d’effectifs de nos élèves, mais également par le renoncement à des frais d’entretien du collège, en raison du projet de rénovation que l’on sait.
Au niveau de la Santé, la baisse de charges (2600 francs) s’explique par le montant supérieur inscrit pour le service dentaire scolaire, où il est nécessaire de prévoir les coûts liés à une potentielle denture anormale.

Diminution à la compensation des charges
Au chapitre Sécurité sociale, les charges nettes sont inférieures de quelque 33’000 francs au montant budgété (1,92 millions). L’explication : les charges qui nous incombent, au titre de la compensation des charges pour l’aide sociale et l’asile, sont inférieures de près de 71’000 francs.
En revanche, les frais liés à la garde d’enfants (crèche et garderie) sont supérieurs de 41’000 francs au montant prévu. Le remplacement immédiat du personnel malade (alors que les assurances ne versent les indemnités qu’à partir du 31e jour d’absence), ainsi que les subventions aux familles par les bons de garde, sont très difficiles à prévoir, précise Vincent Fleury.
L’administrateur des finances souligne cependant que les coûts de la crèche municipale vont toujours en diminuant, grâce aux mesures prises d’une part, à l’augmentation des effectifs lors des heures « creuses » d’autre part.
Rien de particulier à signaler au chapitre Transports et télécommunications, et pas davantage à celui intitulé Protection de l’environnement et aménagement du territoire.

Les impôts à la hausse
Signalons que les revenus sont supérieurs de 25’000 francs au chapitre de l’Economie publique, pour deux raisons principales : la bonification de Clientis CEC de 10’000 francs supérieure à la somme budgétée ; un reclassement comptable.
La rubrique Finances et impôts réserve la meilleure surprise, ainsi qu’on l’a dit plus haut, avec des revenus nets supérieurs de 421’000 francs au budget.
A l’exception des taxes spéciales, toutes les rubriques fiscales présentent de meilleures recettes, en particulier les impôts des personnes morales (531’000 francs de plus).
Et Vincent Fleury de souligner qu’avec une augmentation de 68’000 francs par rapport au budget, et un total de 3,396 millions de francs, les recettes sur les impôts des personnes physiques révèlent un très bon tissu de contribuables.

Sans réserve
Ces comptes ont été examinés le 13 mai dernier par la fiduciaire, qui les a trouvés exacts.
Le Conseil municipal les a approuvés pour sa part sans la moindre réserve et propose au Législatif de faire de même le 17 juin, tout en avalisant l’attribution proposée de 650’000 francs au FS pour les bâtiments du patrimoine (en respectant sa compétence, le Conseil a déjà attribué 50’000 francs). Ce fonds spécial a été créé dans l’optique des gros travaux prévus au collège, afin d’en réduire sensiblement les charges d’amortissements. | CM
Les comptes 2023 seront soumis à l’approbation de l’Assemblée le lundi 17 juin à 20 h au Centre communal

Ajouté aux bons résultats des dernières années, l’exercice 2023 permet d’aborder plus sereinement les gros investissements à venir, dont notamment l’assainissement indispensable de la rue Fleur de Lys

Investissements raisonnables et financements spéciaux parfaitement tenus

Sachant que d’importantes et incontournables dépenses l’attendent dans un avenir assez proche, la Commune modère ses investissements à l’essentiel ; ceux-ci ont atteint quelque 305’000 francs au total l’an dernier.
Pour ceux qui relevaient de la compétence du Conseil municipal, citons en particulier l’achat d’un nouveau silo à sel (35’000 francs), ainsi que les premiers coûts de l’étude pour la révision du plan de zone et du règlement sur les constructions (30’000.-).
Le Législatif a pour sa part libéré principalement le montant nécessaire pour l’implantation des conteneurs semi-enterrés (69’000 francs), le crédit d’investissement pour l’assainissement du ruisseau du Crêt du Sapelot, ainsi que la quote-part communale à la viabilisation de la rue du Tilleul (58’000).

De quoi voir venir
Les Financements spéciaux ont été parfaitement gérés l’année dernière.
En ce qui concerne le traitement des eaux usées, le bouclement fait état d’un excédent de produits de quelque 4500 francs. Mais surtout, le FSET (Financement spécial pour l’équilibre de la tâche) atteint dans ce domaine quelque 469’000 francs, ce qui permet d’envisager avec sérénité l’entretien nécessaire du réseau ad hoc.
L’enlèvement des déchets débouche sur un très léger excédent de charges, de l’ordre de 1200 francs, sur un total de charges d’environ 230’000 francs.
A ce chapitre, l’administrateur des finances souligne que la potentielle amélioration financière, pour l’enlèvement des déchets urbains, ne sera pas visible avant une année complète d’utilisation des conteneurs semi-enterrés, lesquels sont fonctionnels depuis août 2023 seulement.
Pour ce qui concerne les autres catégories de déchets, les synergies régionales qui se mettent actuellement en place laissent également augurer une amélioration. | CM

La situation devrait s’améliorer très généralement dans le domaine des déchets, notamment avec l’utilisation des conteneurs semi-enterrés depuis août 2023

Du retard, mais pas de remise en cause !

Après avoir pris contact avec le promoteur concerné, les autorités informent officiellement la population que contrairement à une rumeur persistante, les deux commerces prévus à l’entrée de la rue des Lilas ne sont nullement remis en cause.
Le chantier a certes pris du retard, pour différentes raisons techniques et de délais de livraison. C’est dès lors à l’automne prochain que l’enseigne Denner devrait ouvrir aux chalands les portes de son tout nouveau magasin.
Par ailleurs, la pharmacie annoncée dans le même bâtiment demeure tout à fait d’actualité, sans doute pour l’automne aussi.
A suivre, en prenant patience donc. | CM

Le chantier de construction a pris du retard, mais l’ouverture des deux commerces prévus n’est nullement remise en cause

Délégations
Le conseiller municipal Karim Grassa représentera les autorités à l’assemblée générale annuelle du Sasdoval (service de soins et d’aide à domicile), le 12 juin à Saint-Imier.
Le même jour, Benjamin Rindlisbacher, maire, participera à l’assemblée des actionnaires de la Société du funiculaire, qui se déroulera à Mont-Soleil.
Le 20 juin, le conseiller municipal Philippe Cattin prendra part à l’assemblée générale du Parc régional Chasseral, laquelle se tiendra à Nods. | CM

Comité du SEAUCC
La Municipalité rappelle que notre commune est toujours en quête d’une personne intéressée par un siège au sein du comité du Syndicat des eaux Courtelary-Cormoret (SEAUCC). Les candidatures seront reçues jusqu’à vendredi prochain 14 juin, auprès de l’administration municipale, par courriel (admin@courtelary.ch) ou par écrit. | CM

Avis officiels du 31.05.2024

Déchets encombrants : un serpent de mer bientôt résolu ?

L’Assemblée municipale se prononcera, le 17 juin, sur le projet de déchèterie intercommunale du Haut-Vallon, qui permettrait aux habitant/es de déposer leurs matériaux à Saint-Imier, 6 jours sur 7 au lieu de 9 fois l’an


Dans un peu moins de trois semaines, le Législatif local votera sur la participation effective de Courtelary au projet de déchèterie intercommunale, laquelle sera installée à Saint-Imier en 2025 ou 2026, sur le site de l’actuelle déchèterie imérienne, mais après un complet réaménagement.
Les cinq autres partenaires de cette étude voteront également, en juin en assemblée municipale pour Renan, Sonvilier et Villeret, par les urnes en septembre pour Saint-Imier.

Mûrement réfléchi
On signalera en préambule que les réflexions et discussions ont commencé en 2021, pour ce projet mené par un comité de pilotage où chaque village est représenté par un membre de ses autorités exécutives.
Vadec, notre prestataire en matière d’élimination des déchets et la société qui porte concrètement le projet, est évidemment très actif au sein de ce copil que président conjointement Rosemarie Jeanneret, maire de Sonvilier, et Marco Pais Pereira, conseiller municipal imérien.
A souligner qu’un membre de la direction de Vadec participera à l’assemblée du 17 juin et y répondra à toutes les questions.

Une très sensible augmentation du confort
Si vous l’acceptez, cette déchèterie remplacera le système actuel de récolte au porte à porte des déchets encombrants combustibles, organisée jusqu’ici 9 fois par an, ainsi que le dépôt des déchets métalliques au hangar de la voirie, autorisé pour sa part à 4 reprises annuellement.
Il faudra certes se déplacer à Saint-Imier pour déposer ses encombrants, mais un très large accès sera accordé aux habitants des communes affiliées, à savoir du lundi au vendredi de 14 h à 17 h (et même de 8 h à 16 h en période estivale) et le samedi de 10 h à 14 h (8 h – 16 h).
Durant les cinq jours ouvrables, les entreprises seront également admises, mais jamais le samedi, et le trafic des camions ne croisera pas celui des véhicules privés.
Pour les ménages, les dépôts seront gratuits, lorsqu’ils ne concernent pas des rénovations ou autres chantiers.

Mobilité réduite ? Une solution étudiée
Pour les personnes à mobilité réduite, les autorités mettront en place une solution payante, en cas de vote positif. Notre presque voisine de Villeret propose déjà un tel système.
Et pour toutes les autres, le Conseil municipal enthousiaste souligne que l’obligation de se déplacer est contrebalancée également par la possibilité d’éliminer au fur et à mesure tous ses déchets, sans devoir les stocker.
Un avantage particulièrement remarquable pour tout ce qui touche aux déchets spéciaux et pour tous les locataires.

Les EcoPoint ne changeront pas !
A souligner que les deux EcoPoints du village, celui de la Fleur de Lys et le compost communal du Pré du Roc, demeureront en l’état. Les habitants pourront toujours y déverser verre usagé, carton et papier, textiles, aluminium et fer blanc ainsi que les huiles minérales et végétales, et respectivement les déchets verts.
Les horaires d’ouverture seront eux aussi maintenus tels qu’actuellement.
Quant aux conteneurs semi-enterrés et aux déchets urbains ménagers, aucun changement n’interviendra.

Pas de nouveaux coûts
L’Assemblée devra très précisément se prononcer sur un « un crédit d’engagement de 60’000 francs pour une dépense périodique relative » à ce projet de déchèterie.
Or il est important de préciser qu’il ne s’agit pas là d’une nouvelle dépense, mais bien d’un transfert de charges et donc de compétences. Ce montant servira à remplacer la collecte actuelle au porte à porte, pour des coûts à peu près similaires.
Il y a même de fortes probabilités que si les autres communes participent, des rationalisations seront rapidement possibles, ainsi que des économies d’échelle qui permettront de diminuer ces coûts.

*Les déchets acceptés en bref.- A la nouvelle déchèterie de Saint-Imier, si notre commune adhère au projet, nous pourrons déposer : des déchets encombrants combustibles, des déchets encombrants métalliques, le papier et le carton, le verre, les récipients de métal (aluminium et fer blanc), les appareils électroniques et électriques, les déchets inertes, les quantités ménagères d’huiles et de produits chimiques, les textiles usagés, les biodéchets (provenant de la cuisine, y compris mets cuits, et des jardins), les objets pour réutilisation

Recyclage intégré, propreté retrouvée

Le projet comprend un volet particulièrement intéressant : un système de recyclage qui stimulera la filière de seconde main. Ainsi les utilisateurs pourront-ils déposer, en un endroit spécifique du centre, les meubles et autres objets qu’ils proposent gracieusement à la réutilisation.
Par ailleurs, il convient de garder à l’esprit que cette déchèterie mettra un terme aux problèmes lancinants soulevés mois après mois, depuis des années, par les services techniques et la Municipalité.
En effet, chaque collecte de déchets encombrants, sans exception, induit du travail supplémentaire pour la voirie, contrainte de ramasser les nombreux matériaux, objets, déchets qui jonchent les rues après le ramassage. Ceci avec évidemment un effet désastreux sur l’image du village… Depuis un certain temps, et bien évidemment dans l’optique du présent projet, la Municipalité a renoncé à rabâcher neuf fois par année les mêmes consignes et « menaces ». Mais il va de soi qu’en cas de refus de la déchèterie intercommunale, une solution devra très rapidement être dessinée pour les encombrants, combustibles ou non.

Un plan des lieux tels qu’ils seront organisés
La déchèterie de Saint-Imier sera complètement réaménagée, de manière sécure, pratique et accueillante

Avis officiels du 24.05.2024

Venez découvrir la nouvelle crèche municipale !

Demain samedi, la crèche municipale Les Moussaillons invite chaleureusement la population régionale à découvrir ses nouveaux locaux.
Les parents ou futurs parents intéressés potentiellement par un accueil, ainsi que toutes les autres personnes de la région, sont chaleureusement invitées à venir découvrir le nouveau toit de cette institution.
Le personnel de direction et d’accompagnement sera sur place, ainsi qu’une personne représentant les autorités municipales. Tous seront disponibles pour répondre à vos questions.
Précision importante : la place de parc attenante à l’institution sera fermée, pour des questions de sécurité. Les visiteurs sont donc invités à stationner leurs véhicules aux abords du Centre communal, à la Châtelaine, près de la Préfecture ou au collège.
Les autorités se réjouissent de vous voir nombreux pour cette porte ouverte et annoncent qu’elles vous serviront ensuite le verre de l’amitié.

  • Samedi 25 mai, porte ouverte de 9 h 30 à 11 h 30, crèche Les Moussaillons, Grand-rue 55. Invitation cordiale à toutes et tous

PET : un essai à bien plaire

Face aux abus constatés, et en particulier à la présence récurrente de PET dans les conteneurs à verre usagé, la Municipalité a décidé de lancer une phase d’essai, qui portera jusqu’à l’automne.
Durant ces prochains mois, un collecteur à PET sera donc installé à nouveau à l’EcoPoint de la Fleur de Lys. Ceci à bien plaire, étant entendu que la collecte de ce matériau recyclable n’est en rien une tâche de la commune, mais bien une responsabilité des commerces qui vendent des produits contenus dans des récipients de PET.
Tout en remerciant les nombreuses personnes qui respectent parfaitement les consignes en vigueur à l’EcoPoint, la Municipalité rappelle aux ayants droit que seules les bouteilles à boisson peuvent être déversées dans le nouveau collecteur ; même s’ils sont fabriqués en PET, les récipients ayant contenu du vinaigre, de l’huile ou des produits de nettoyage ne sont en aucun cas recyclables par cette filière.

SEAUCC : cherche un/e membre du comité

La Municipalité est toujours à la recherche d’une personne disposée à rejoindre le comité du SEAUCC, à savoir le Syndicat des eaux de Courtelary-Cormoret. Elle souligne qu’il est mené dans ce cadre un travail très intéressant, lié directement à cette inestimable ressource qu’est l’eau potable.
Le délai de dépôt des candidatures est fixé au vendredi 14 juin prochain.
Les personnes intéressées adresseront leur candidature par courriel à admin@courtelary.ch.
Pour toutes questions concernant la charge en question, on s’adressera à Hubert Droz, par courriel également, à l’adresse secours@courtelary.ch.

Dons
Le Conseil municipal a décidé d’accorder un don de deux cents francs au chœur Aspargus and Melon Voices, au sein duquel chantent des personnes de notre commune, pour soutenir sa participation à un concours international qui se déroulera en Provence ; concours qui exige un investissement conséquent de la part des choristes, au niveau financier également.
A la Ludothèque de Saint-Imier, qui est ouverte aux enfants de Courtelary rappelons-le (les mercredi et vendredi de 15h à 18h), le même Exécutif a accordé un don de cent francs.

Délégations
Hier jeudi à Corgémont, Karim Grassa a représenté le Conseil municipal à la séance de travail organisée par le Groupe de coordination des déchets du périmètre Vadec région Vallon de Saint-Imier et district de La Neuveville. Dans la foulée, il a participé à la séance d’information consacrée à l’évolution de Vadec, organisée au même endroit.
Le même conseiller municipal prendra part à l’assemblée générale du Sasc (service d’action sociale Courtelary), qui se déroulera le 30 mai prochain à Cormoret.

Comptes OK
Le Conseil municipal a reçu le rapport succinct émanant de la fiduciaire Soresa, à la suite du contrôle des comptes communaux effectué le 13 mai dernier. Le bureau a trouvé la comptabilité en ordre et n’a rien à signaler.
Le Conseil municipal remercie l’administrateur des finances, Vincent Fleury, pour la très bonne tenue de nos comptes.

Avis officiel du 17.05.2024

Porte ouverte inaugurale de la crèche municipale

Dans huit jours exactement, la crèche municipale Les Moussaillons ouvre largement ses portes aux visiteurs.
La population de Courtelary et d’ailleurs, parents ou futurs parents intéressés potentiellement par un accueil, ainsi que toutes les autres personnes de la région, sont chaleureusement invitées à venir découvrir le nouveau toit de cette institution.
Située au numéro 55 de la Grand-Rue, la crèche les Moussaillons sera ouverte au public de 9 h 30 à 11 h 30, le samedi 25 mai. Le personnel de direction et d’accompagnement sera sur place, ainsi qu’une personne représentant les autorités municipales. Tous seront disponibles pour répondre à vos questions.

Stationnement des véhicules
La place de parc attenante à l’institution sera fermée, pour des questions de sécurité. Les visiteurs sont donc invités à stationner leurs véhicules aux abords du Centre communal, à la Châtelaine, près de la Préfecture ou au collège. Les autorités se réjouissent de vous voir nombreux pour cette porte ouverte et annoncent qu’elles vous serviront ensuite le verre de l’amitié.

Les nouveaux locaux des Moussaillons, lumineux et accueillants, ont tôt fait de séduire notamment Louise et Marion

Entretien de la place rouge : des travaux de sécurisation

La place rouge, surface de sports sise au sud-est du collège, est en très mauvais état. Son revêtement de tartan est effectivement usé à la corde en certains endroits, ce qui peut provoquer des chutes et incite de surcroît les jeunes utilisateurs à arracher le matériau, dont des bouts jonchent régulièrement les alentours.
Le Conseil municipal a décidé la semaine dernière de libérer un crédit de 17’400 francs, qui financera des travaux de sécurisation.
En clair, la plus grande partie du tartan sera arrachée et le sol nettoyé. Le revêtement rouge ne sera maintenu que sur la piste d’élan du saut en longueur. Les autorités ont opté pour cet investissement minimal permettant de maintenir rapidement la sécurité des utilisateurs de la fosse de saut en longueur, tout en gardant à l’esprit que l’avenir et donc la destination exacte de cette place « rouge » seront précisés durant les travaux d’entretien du collège. 

En plusieurs endroits, l’usure du revêtement rend l’utilisation de cette place dangereuse.

Un nouveau tracteur de tonte

Le Conseil municipal a libéré un montant de 17’700 francs et passé commande, auprès de l’entreprise curgismondaine Kocher SA, d’un tracteur moderne, équipé pour la tonte et le ramassage de l’herbe.
Le véhicule utilisé jusqu’ici pour ce travail de tonte, sur les surfaces herbeuses sises aux alentours du collège et tous les autres terrains municipaux engazonnés, arrive sérieusement en bout de course. Le nouvel engin permettra un travail plus efficace et plus simple. A relever que le tracteur choisi pourra facilement déverser les résidus de coupe dans le contenant du véhicule à benne de la voirie.

En assemblée le 17 juin

Ainsi que vous pouvez le lire dans notre rubrique communale de la Feuille Officielle d’Avis (dernières pages du présent journal), l’Assemblée municipale se réunira le lundi 17 juin prochain, à 20 h au Centre communal. Des explications détaillées, concernant les sujets figurant à l’ordre du jour, seront publiées en temps voulu par les autorités municipales.

Avis officiels du 10.05.2024

𝐁𝐮𝐫𝐞𝐚𝐮 𝐝𝐞 𝐯𝐨𝐭𝐞

Pour les votations fédérales du dimanche 9 juin prochain, le Conseil municipal a formé le bureau de vote suivant :
Président, Hubert Droz ; secrétaire, Valérie Bechtel ; membres, Marie Babey, Maud Bentabet, Sophie Berberat, Alex Benoit, Alain Berger, Marc Bertholet, Paco Beuret ; suppléant/es, Françoise Bessire, Corinne Binggeli, Massimo Beck, Sébastien Baumgartner ; bureau, Christine Augsburger. | CM

𝐃𝐨𝐧

Le Conseil municipal a décidé de soutenir l’œuvre des Cartons du Cœur, très précisément sa section Jura bernois, par un don de deux cents francs. | CM

𝐁onne surprise

L’Exécutif local a validé tout récemment les comptes municipaux 2023, qui bouclent sur un excédent de recettes de l’ordre de 85’000 francs. Une belle surprise, étant entendu que le budget prévoyait un excédent de dépenses de quelque 170’000 francs.
Des détails et des explications seront publiées en temps voulu dans ces colonnes, concernant ces comptes qui seront soumis à l’Assemblée municipale du mois prochain. | CM

Délégation

Benjamin Rindlisbacher, maire, représentera nos autorités à l’occasion de la manifestation officielle marquant le quarantième anniversaire de Radio Jura bernois, le 31 mai prochain à Saignelégier. | CM

Notre prestataire en la matière tire la sonnette d’alarme : les bennes à verre contiennent souvent du PET !

Du verre oui, du PET non !

L’entreprise qui gère nos conteneurs à récupération de verre usagé pour le recyclage, vient de tirer la sonnette d’alarme : lesdites bennes contiennent régulièrement des matériaux qui n’ont rien à y faire et en particulier des récipients de PET.
Si ce mélange malvenu devait perdurer, notre prestataire nous facturerait des frais de tri, ce qui ne manquerait pas d’exercer un impact direct sur la taxe des déchets.
Alors merci à toutes et tous de veiller à éliminer vos bouteilles en PET aux endroits prévus, à savoir dans tous les commerces qui vendent ces boissons ; dans notre commune, il s’agit des magasins Volg et Landi, et bientôt Denner. | CM

Deux faons sauvés de la faucheuse, au moment d’être libérés

Sauvez les faons de la faucheuse !

Le Conseil municipal a décidé de verser un don de 250 francs, en tant que soutien à l’association Sauvetage des Faons Jura bernois. Les élus estiment cet organisme très utile, puisqu’il permet annuellement de sauver quantité de tout petits chevreuils.
Depuis sa création en 2020, 762 faons lui doivent la vie, les bénévoles de l’association les ayant protégés de la faucheuse.

  • Dans la foulée, les autorités municipales invitent très chaleureusement les agriculteurs de la localité à faire appel à ces bénévoles.
  • A travers la plate-forme accessible sur le site internet (sfjb.ch) ou par téléphone (079 672 25 40), il suffit pour un cultivateur d’annoncer son intention de faucher une parcelle, au plus tard la veille de ladite fauche.
  • Les bénévoles s’occupent ensuite de tout, sans qu’il en coûte un franc à l’agriculteur. | CM

Avis officiels du 03.05.2024

8 personnes formées pour apporter les premiers soins

Les maires du Vallon ont décidé de proposer une formation intercommunale en premiers secours, à l’intention du personnel de terrain employé dans les commune concernées. Ceci dans le but de favoriser les gestes salvateurs que peuvent apporter ces personnes en contact direct avec la population.
C’est aux Samaritains du Vallon de Saint-Imier qu’a été confiée la mise sur pied de ce cours, lequel a été dispensé par la monitrice Dorothée Muriset, une habitante de notre localité ; la formation s’est déroulée les 17 et 24 avril dernier.
Au Centre communal, huit personnes ont suivi les explications et démonstrations de cette spécialiste, tout en effectuant de nombreux exercices sous son experte direction. Une utilisation optimale des défibrillateurs, disponibles désormais dans la majorité de nos localités, leur a notamment été enseignée.
Ces participant/es provenaient de cinq communes différentes.

Intérêt et engagement
Dorothée Muriset met en exergue l’excellent état d’esprit qui a régné durant ces deux journées de cours, ainsi que le réel intérêt manifesté par les participant/es, tous/tes très engagés dans leur formation. Le maire de Courtelary et ses collègues tiennent pour leur part à souligner la fructueuse collaboration établie entre les Samaritains du Vallon et les communes de la même région.

Dorothée Muriset en pleine démonstration, le 24 avril au Centre communal

Avis officiels du 12.04.2024

La crèche a investi ses nouveaux locaux

Lundi, pour la première fois, les enfants de la crèche municipale Les Moussaillons ont profité de leurs nouveaux locaux, qu’ils avaient cependant pu découvrir samedi matin en compagnie de leurs parents.
La plupart des familles ont en effet saisi l’occasion de cette matinée qui leur était dédiée pour visiter le nouveau bâtiment.
Cathy Ropp, directrice pédagogique, ne manque pas de souligner : « Tout comme l’équipe, les parents ont jugé les nouveaux locaux très accueillants, gais, lumineux et confortables. »
Une ambiance chaleureuse a régné durant cette matinée de découverte, qui a notamment permis aux enfants de chercher des œufs dans le jardin.
Ce jardin, la crèche s’en réjouit tout particulièrement : « Nous pourrons désormais privilégier le contact avec la nature et multiplier les activités de plein air. Sans doute créerons-nous un petit jardin potager. »

Un engagement apprécié
Les autorités municipales tiennent ici à adresser leurs chaleureux remerciements à toute l’équipe de la crèche Les Moussaillons, pour l’engagement considérable dont elle a fait preuve ces dernières semaines, afin d’assurer ce déménagement.
Soulignons que les coordonnées de l’institution demeurent les mêmes, à la seule exception de son numéro de rue (désormais Grand-rue 55).

Portes ouvertes le mois prochain
Le 25 mai prochain, à l’occasion de l’inauguration officielle des lieux, les portes de la crèche seront largement ouvertes au public d’ici et d’ailleurs.
Des détails, concernant en particulier les horaires de visite, vous seront communiqués ultérieurement dans ces colonnes. | CM

Devant la vitrine aux couleurs du nouveau logo de l’institution, l’équipe d’encadrement de la crèche municipale, de gauche à droite :  Ludivine, Tatiana, Marine (directrice adjointe), Cathy (directrice pédagogique), Ophélie et Amelia

Un as de la déco à la Municipalité

Les autorités se font l’écho de toute la Municipalité, pour adresser leurs remerciements et félicitations à Christian Feller, voyer-concierge qui a une fois de plus fait parler son talent et son dévouement.
Ces dernières semaines, les employés et les visiteurs du bâtiment communal étaient en effet accueillis, dans le hall, par une décoration aux couleurs pascales et printanières.
On y trouvait même de délicieuses gourmandises à déguster, ainsi qu’une joyeuse touche d’humour.
Bravo et merci ! | CM

Dans le hall de l’administration communale, le printemps a fait une entrée remarquée et très appréciée, grâce à une décoration soignée jusque dans les plus petits détails

La Municipalité soutient les martinets du collège

Jeudi de la semaine passée, les bénévoles de l’association Cormoiseaux se sont activés sous les avant-toit du collège. Durant toute la matinée et le début de l’après-midi, ils ont procédé au changement de la soixantaine de nichoirs à martinets installés sur le bâtiment il y a près de 35 ans.

Dix mois en l’air !
Le martinet est une espèce extraordinaire. Les adultes passent près de dix mois par an en l’air, sans se poser.
Pour atteindre ses quartiers d’hiver, en Afrique centrale ou du sud, cet oiseau franchit jusqu’à 10’000 km chaque automne et chaque printemps.
Contrairement à sa cousine l’hirondelle, le martinet ne se pose jamais, ni sur un arbre, ni par terre, ni sur un fil. Il mange  -essentiellement des moustiques-  et dort en vol.
Après une quarantaine de jours au nid, où ils ne peuvent même pas étendre leurs ailes, les jeunes martinets s’élancent seuls et doivent immédiatement savoir voler, sous peine de s’écraser au sol. Ils partent dans la foulée jusqu’en Afrique et ne se poseront généralement pas avant leur troisième anniversaire, dans leur premier site de nidification.

Solidifiés
Si les caissettes du collège avaient fort bien résisté, protégées qu’elles étaient des intempéries par l’avant-toit du bâtiment, leurs portes, et en particulier leurs ouvertures, avaient été mises à mal par un (ou des) pics épeiche. Cet oiseau apprécie de tambouriner, pour produire des sons à la fois susceptibles de séduire les femelles et propres à protéger son territoire.
Ce faisant, de son bec très fort, le pic arrache des morceaux de bois.
Conséquemment, les ouvertures d’entrée étaient mal en point sur bon nombre de nichoirs, ce qui pouvait provoquer des dégâts sur les plumes des martinets adultes.
Or le martinet, exceptionnel voilier, a besoin de toutes ses plumes en parfait état. Une seule rémige cassée et l’oiseau est condamné.
Cormoiseaux a donc enlevé tous les anciens nichoirs et les a remplacés par de nouveaux, confectionnés en bois plus dur et équipés d’une petite plaquette métallique entourant le trou d’envol, plaquette donc résistance aux attaques des pics.

Subvention communale
Comme leur nom l’indique, les bénévoles de l’association ont effectué cette tâche gracieusement. Mais il leur a fallu louer une nacelle très performante, pour atteindre les avant-toit du collège, et acheter de nouveaux nichoirs et des plaquettes.
Or la Municipalité a décidé de participer aux frais en question, sur factures et pour un montant maximal de 1200 francs. Un beau geste en faveur de la biodiversité et de la très belle colonie du collège. | CM/CORMOISEAUX

  • Ailleurs dans le présent journal, vous trouverez l’appel de Cormoiseaux pour la pose de nichoirs à martinets et de nids à hirondelles
L’équipe de Cormoiseaux au travail jeudi dernier sous l’avant-toit du collège

Merci Clientis CEC

La banque Clientis CEC a consenti son habituel don annuel, adressé à ses communes partenaires.
Pour notre Municipalité, le présent 2024 se monte à 37’625 francs.
Avec les chaleureux remerciements des autorités. | CM

Deux dons

Le Conseil municipal a décidé la semaine dernière de soutenir l’Association de gymnastique du Jura bernois, pour l’organisation des championnats aux agrès qui se dérouleront les 21 et 22 septembre prochain à Corgémont, ceci par un don de cent francs.
Le même montant a été versé également à l’Armée du Salut Suisse. | CM

Délégations diverses

La conseillère municipale Roxane Zürcher représentera les autorités, le 24 avril prochain, à l’assemblée des délégués du Syndicat de l’école des Prés-de-Cortébert.
Benjamin Rindlisbacher, maire, participera pour sa part à la cérémonie officielle de la 7e Fête de la tête de moine, le 4 mai à Bellelay.
Roberto Previtali, conseiller municipal, prendra part à la séance qu’organise l’Office fédéral de l’énergie, le 21 mai prochain à Tavannes, pour y présenter la transition énergétique dans les communes.
Philippe Cattin représentera l’Exécutif local à l’assemblée générale des Force électriques de La Goule, le 31 mai en un lieu encore à définir.
Enfin, Roberto Previtali participera à la soirée d’échanges organisée par l’Office cantonal de l’environnement et de l’énergie, le 4 juin à Sonceboz, sur le thème de la stratégie climatique communale. | CM

Avis officiels du 05.04.2024

Le froid n’a pas retenu les participants, tous enchantés par l’expérience

Chasse aux œufs de la biblio : une première, une réussite !

La Bibliothèque municipale et scolaire de Courtelary a innové, cette année, en proposant une première chasse aux œufs. Or pour un coup d’essai, ce fut une parfaite réussite, qui réjouit fortement toute l’équipe placée sous la responsabilité de Maïté Garcia.

Temps glacial, ambiance chaleureuse
Dimanche 24 mars dernier, la bibliothèque conviait donc les intéressés sur le préau du collège, où la température peinait à atteindre 4 degrés, sous des flocons qu’on aurait espérés un ou deux mois plus tôt…
Or dès l’ouverture de la chasse, l’ambiance était à l’exact opposée des conditions météorologiques : chaleureuse, gaie et colorée !
Une bonne centaine de personnes ont rallié les lieux, où un lapin géant n’a pas manqué de ravir les plus petits.

Les gagnants
Parmi les 183 œufs cachés dans les alentours figuraient trois œufs « en or », qu’ont découvert Ana, Lenny et Lovis. Ces trois gagnants se sont vu remettre chacun un prix, à savoir un livre adapté à leur âge.
Une telle réussite conduira sans le moindre doute l’équipe de la bibliothèque à réitérer cette manifestation l’année prochaine. Conséquemment, elle invite chaleureusement la population à conserver les boîtes plastiques des œufs Kinder et à les déposer sur place avant mars 2025. | CM

Préau indisponible, pour cause de spectacle

La Municipalité informe d’ores et déjà la population que le préau en herbe, qui s’étend à l’Est du collège entre la place rouge et la piste de 100 mètres, sera totalement inaccessible durant tout le mois de juin prochain, voire plus longtemps si l’exige la remise en état du gazon.
En effet, le Conseil municipal a avalisé tout récemment la mise à disposition de ce terrain pour y planter un chapiteau de 26 mètres sur 26.
Sous cette tente, les écoliers primaires du syndicat CoViCou présenteront, à la fin juin, un spectacle qu’ils auront préparé en collaboration avec la troupe Circo Bello, le Centre des arts du cirque actif à La Chaux-de-Fonds.
Des informations, concernant ce spectacle, seront évidemment dispensées en temps voulu par le syndicat scolaire. | CM

Pro Junior a besoin de vous

Le Conseil municipal relaie l’information adressée à lui par Pro Junior Arc jurassien et en particulier son groupe local de Courtelary et alentours.
Pro Junior, qui a succédé à Pro Juventute, est une institution à but non lucratif, dont l’objectif consiste à apporter de l’aide aux enfants, aux jeunes et aux familles dans le besoin. Rappelant que la situation actuelle aggrave les problèmes des ménages défavorisés, à travers une hausse sensible des coûts, le groupe régional cherche des forces vives, afin de continuer et de renforcer son action dans le vallon.

Intéressé/e ? N’hésitez pas à contacter Pro Junior Arc jurassien (administration@proju-arc.ch, 032 724 46 45 ; secrétaire du groupe local : Jacques Paroz) pour obtenir tous les renseignements souhaitables.

Les autorités locales recommandent vivement cette association à toute personne motivée. | CM

Nouveaux/elles retraité/es, rendez-vous à Péry !

A toutes les personnes du village qui atteignent cette année l’âge de la retraite, la Municipalité rappelle ici le contenu d’un courrier qui leur a peut-être échappé.
Le jeudi 2 mai prochain, au Centre communal de Péry dès 17 h, une rencontre est organisée à leur intention et à celle de tous les nouveaux retraités du Jura bernois.
A cette occasion seront notamment présentées diverses prestations proposées par des institutions actives dans la région, au service des aînés.
Par ailleurs, une conférence traitera de la retraite, vue sous un angle psycho-affectif.
Un apéritif sera offert ensuite à toutes et tous le participants.
Les autorités locales recommandent aux personnes concernées cette rencontre informative, à laquelle il convient de s’inscrire jusqu’au 25 avril prochain par courrier à Pro Senectute Arc jurassien (Chemin de la Force 1, 2710 Tavannes), par téléphone au 032 886 83 80 ou par courriel à gerard.bonvallat@ne.ch. | CM

Avis officiels du 28.03.2024

Crédits libérés

La semaine dernière, le Conseil municipal a libéré deux crédits, pour un montant total d’environ 7000 francs, afin de réaliser des travaux de remise en état sur deux rues, à savoir Bretin et les Covets.
Il s’agit en particulier de réviser l’évacuation des eaux sur ces chaussées. | CM

Délégation

Pour son édition 2024, le Forum du 3e âge Jura bernois se penchera, le 17 avril prochain à Sonceboz, sur la mobilité des séniors. Le conseiller municipal Karim Grassa représentera les autorités à cette occasion. | CM

Les Moussaillons déménagent la semaine prochaine

Les autorités rappellent que la crèche municipale Les Moussaillons vit aujourd’hui jeudi son dernier jour sous le toit du bâtiment sis Grand-Rue 56, là même où elle a commencé son histoire en août 2010, alors en tant qu’institution privée.
Devenue municipale en octobre 2018, la crèche vit donc actuellement un nouvel événement majeur, à savoir son déménagement dans ses nouveaux locaux de la Grand-Rue 55. Des locaux adaptés aux besoins et au but d’une crèche, durant des travaux effectués en ce début d’année, et de surcroît augmentés d’un beau jardin sécurisé.
L’ouverture officielle de l’institution, sous un toit où l’Exécutif souhaite beaucoup de plaisir aux enfants et au personnel, se déroulera à l’issue des vacances de Pâques, à savoir le lundi 8 avril prochain. | CM

Légende courte jd :

S’il ne quittera pas la commune en tant qu’habitant, Jean-Daniel Béguelin profitera dès demain d’une retraite méritée et qui le réjouit

JD achève aujourd’hui 38 années au service de la collectivité

Ce jeudi 28 mars marque une étape importante, pour la Municipalité de Courtelary : après pas moins de 38 années de services très variés, Jean-Daniel Béguelin achève aujourd’hui même son mandat au service de la collectivité.
JD, pour ses collègues et ses très nombreux amis, jouira officiellement de la retraite dès dimanche, lui qui vient de fêter son 65e anniversaire.

Une retraite prometteuse
Cette retraite, JD l’accueille avec joie, ses occupations de loisirs ne manquant pas. Il aura désormais le temps de s’adonner à sa passion de la photo -« en amateur » souligne-t-il -, et notamment aux affûts qui lui permettent de croquer la faune régionale.
Amoureux de la nature, le tout nouveau retraité en profitera davantage désormais, lui qui avale les kilomètres par tous le temps, à VTT, à pied ou à raquettes, les yeux grand ouverts pour admirer les paysages, dénicher les meilleurs champignons et apprécier la vie incroyable de nos forêts.
Ce repos bien mérité, JD le consacrera également à ses cinq petits-enfants, établis au Valais et à Courtelary, dont il parle avec des étoiles dans les yeux.
En clair, l’ex-responsable technique entend bien profiter de la vie et ne s’ennuiera pas une minute !

Emotion à la clé…
Jean Daniel Béguelin n’en exprime pas moins une émotion sincère, à l’heure de quitter ses collègues de la Municipalité : « J’ai eu la grande chance de travailler durant 38 ans au sein d’une équipe très sympathique, donc dans une ambiance agréable et chaleureuse. Je leur suis reconnaissant de m’avoir supporté », souligne-t-il dans un large sourire.
C’est le 1er août 1986, officiellement, que notre interlocuteur rejoignait le personnel communal, dirigé alors par le secrétaire municipal Jean Pécaut, « une très forte et marquante personnalité ! ».
Employé alors en tant que garde-police et concierge, il collaborait avec son épouse : « Parmi les conditions d’engagement de l’époque figurait cette obligation : être marié et impliquer sa compagne dans le poste. »

…et histoire de clés
« A mon arrivée, Monsieur Pécaut m’avait donné un grand carton contenant l’uniforme de garde-police, ainsi qu’une boîte à chaussures pleine de clés mélangées et anonymisées. En rogne, mon prédécesseur avait démonté le trousseau du collège et lui avait ajouté d’autres clés inutiles… Il m’a fallu des heures pour faire le tour du bâtiment et de ses très nombreuses portes, afin de reconstituer le trousseau. »
La fonction s’est rapidement enrichie de nouveaux volets variés. Nommé inspecteur du feu, JD devait se pencher sur les demandes de permis de construire, pour les compléter par les directives de l’AIB, ce qui lui a valu quelques cours de formation.
Parallèlement, le garde-police devenait également contrôleur des denrées alimentaires, après une nouvelle formation suivie à Berne. « Il fallait en particulier surveiller l’hygiène dans les établissements publics, avant que cette fonction ne se professionnalise, avec la nomination d’inspecteurs régionaux. »

Passionnant !
La police locale disparaissant dans les années nonante, les tâches de Jean Daniel Béguelin se concentraient sur les constructions et les relations publiques.
Non sans y ajouter une fonction qu’il a énormément appréciée, à savoir celle qui concernait les réseaux de distribution d’eau potable et de collecte des eaux usées.
« La surveillance électronique n’existait pas. Lorsqu’il s’agissait de localiser une fuite, on coupait la distribution d’eau par secteur, durant la nuit. Ce travail me passionnait. »
Pour les eaux usées, il suivit un nouveau cours, afin de pouvoir délivrer les autorisations y relatives, dans le cadre des demandes de permis de construire.
Parallèlement, JD assume la fonction de délégué à la sécurité, pour le compte du Bureau de prévention des accidents (BPA).

Une époque formidable
« Lorsque la police locale a été supprimée, j’ai gagné beaucoup en confort de vie. Jusque-là, il fallait demeurer téléphoniquement atteignable 24 heures sur 24… » Aujourd’hui, les seules tâches encore inhérentes à cette fonction demeurent la livraison des commandements de payer émanant de l’Office des poursuites, ainsi que l’accompagnement ponctuel de la Police cantonale en cas de perquisition.

Lorsqu’il se penche sur ces presque quatre décennies, Jean Daniel Béguelin souligne qu’il a eu la chance de vivre une époque formidable, très riche de diversité et de nouveautés, d’échanges humains avec les confrères du Vallon. « J’ai pu toucher à tellement de domaines et côtoyer tellement de gens que jamais je ne me suis ennuyé une seule minute dans ce job ! ».
Les autorités se joignent au personnel communal pour souhaiter à Jean Daniel Béguelin la plus agréable des retraites et le remercier chaleureusement pour son engagement au service de la collectivité locale durant ces 38 dernières années. | CM

S’il ne quittera pas la commune en tant qu’habitant, Jean-Daniel Béguelin profitera dès demain d’une retraite méritée et qui le réjouit