Les échos du Conseil du 26.06.2020

Les échos du Conseil du 26.06.2020

Quelques dons

A la Ludothèque de Saint-Imier, le Conseil municipal a attribué mardi dernier un don de cent francs. Le même montant a été offert à la section Bienne-Jura bernois de Procap.
Pour son prochain festival musical à but non lucratif, agendé à août 2020, les autorités ont également accordé une somme de cent francs au Salon de musique de Cormoret.
La Grenouille, centre de théâtre jeune public établi à Bienne, recevra aussi un don de cent francs. | cm

Syndicat des eaux : Nouveau visage

Parmi plusieurs candidatures, le Conseil municipal a choisi de proposer celle d’Olivier Delobel, pour succéder à Pascal Walther au comité du Syndicat des eaux Courtelary-Cormoret. Sa nomination doit être avalisée par la prochaine assemblée des délégués.
Les autorités remercient Pascal Walther pour le travail accompli au sein de cet organe, ainsi qu’Olivier Delobel pour sa mise à disposition. Elles souhaitent à ce dernier beaucoup de plaisir dans sa future nouvelle fonction. | cm

L’Espace Nicolas Béguelin appartient à la SDC

La Municipalité a vendu le bâtiment qui abrite l’Espace Nicolas Béguelin à la SDC (Société de développement et d’embellissement de Courtelary, présidée par Michel Zurbuchen). Cette société a mis en valeur cet immeuble, qu’elle entretient, rénove et fait vivre depuis le début des années 1990, investissant temps et argent dans les différents travaux et autres manifestations.
Il apparaissait donc très logique de le lui vendre, en régularisant une situation de fait, avant que la SDC n’entreprenne de nouveaux et importants travaux.
Tout prochainement en effet, la réfection du sol et des sanitaires sera lancée par la nouvelle propriétaire.
L’acte de vente a été signé la semaine dernière et le transfert sera effectif dès son inscription au Registre foncier.
Le Conseil municipal souhaite bon vent à la SDC et la remercie chaleureusement de son implication concrète à la vie sociale et culturelle de la commune. | cm


Cassons combustibles : les abus foisonnent

Mercredi 17 juin, une fois de plus, les services techniques ont été confrontés à une situation déplorable, en de nombreux endroits de la commune : des citoyens irrespectueux, volontairement ou non, avaient déposé sur les chaussées quantité d’objets ou matériaux cassons qui n’avaient vraiment rien de cassons combustibles…

Le métal à la Châtelaine !
Conséquemment, les autorités répètent une fois encore que les collectes de cassons combustibles sont réservées aux gros objets (meubles, matelas, volumineux récipients plastiques, notamment), composés de matériaux combustibles (bois, matière textile ou plastique, etc.) et dont les dimensions empêchent de les glisser dans un sac officiel consigné.
Les meubles et autres gros objets de composition mixte seront préalablement débarrassés de leurs parties métalliques.
Toutes les pièces constituées entièrement ou majoritairement de métal devront être apportées, les jours de collecte ad hoc (voir le MémoDéchets) et durant les heures d’ouverture, au garage de la voirie qui est situé au numéro 9 de la Châtelaine.

Une étude en cours
Face à la multiplication des incivilités dans ce domaine, la Commune réfléchit actuellement à une nouvelle organisation des collectes, qu’elle entend mettre en place dès l’année prochaine.
En attendant, et afin que ce service gratuit puisse continuer à être offert à la population, chacun est instamment prié de respecter les règles en vigueur. Merci par avance. | cm

Les déchets de ce genre n’appartiennent nullement à la catégorie des cassons combustibles et doivent être apportés au garage de la voirie, lors des collectes ad hoc

Pour diminuer frais et impacts environnementaux

La Municipalité vient d’acquérir et de mettre en service le nouveau véhicule communal qui était inscrit au budget 2020. Cet engin permettra de réduire les coûts et la pollution des petits transports, en évitant aux services techniques de devoir utiliser un gros engin pour le déplacement de personnes ou d’objets de faibles dimensions.
Par ailleurs, grâce à cette voiture, les employés de l’administration et les membres des autorités municipales pourront limiter leurs frais de déplacements, en lien évidemment avec les affaires communales. Le personnel l’utilise pour des trajets de courte distance.
Le véhicule a bien sûr été « customisé » aux couleurs de la Municipalité. | cm

Le nouveau véhicule communal

Nouvelle directrice pour Les Moussaillons

Le Conseil municipal vient de nommer la nouvelle directrice de la crèche Les Moussaillons, en la personne de Zahia Rahmani, une habitante de La Chaux-de-Fonds, jeune quadragénaire possédant déjà une belle expérience dans le domaine. Educatrice de l’enfance diplômée, la nouvelle employée possède également une pratique de la gestion d’équipes. Engagée à un taux de 70 pour cent, elle entrera en fonction le 1er août prochain.
Mme Rahmani a été choisie parmi une longue liste de candidatures, dont plusieurs de haute qualité. Les autorités municipale se réjouissent de collaborer avec elles et lui souhaitent d’ores et déjà la bienvenue.
A Coraline Meier, qui a assuré la fonction directoriale depuis le passage au caractère communal de l’institution, le Conseil municipal adresse ses chaleureux remerciements ; il est très heureux qu’elle demeure fidèle à la crèche locale, où elle avait souhaité privilégier les tâches d’éducatrice, plutôt que la direction pédagogique. | cm

Cimetière : trop de tombes sont laissées à l’abandon

Les autorités du chef-lieu ont été interpellées par des habitants de l’agglomération, quant à l’état du cimetière de Courtelary et Cormoret. Visite effectuée sur place, elles ont pu constater effectivement que de trop nombreuses tombes sont littéralement laissées à l’abandon et ont conséquemment été colonisées par des végétaux de grandes dimensions, qui poussent librement dans tous les sens, débordant sur les tombes voisines et les allées notamment.

Un appel aux familles
La Municipalité de Courtelary va contacter les familles des défunts inhumés dans ces tombes, celles qu’elle parviendra à localiser du moins. Par courrier personnel, comme par le présent avis officiel, elle les exhorte à remettre les sépultures concernées dans un état répondant aux exigences du règlement du cimetière.
Ce règlement stipule notamment, en son article 36, que « tous les monuments et objets d’ornement doivent donner par leurs formes, leurs matériaux et leurs contenus, une impression de dignité et de décence et contribuer à l’harmonie du cimetière qui prime sur l’esthétique particulière de ces éléments distinctifs ».


Variétés naines
Le règlement précise par ailleurs que le espèces végétales utilisées comme plantations permanentes doivent impérativement appartenir à des espèces naines, de rosiers ou autres conifères en particulier ; les espèces végétales envahissantes sont proscrites et aucune plante ne doit empiéter sur une autre tombe.
Plus loin, ce texte spécifie que les monuments ou objets non conformes aux prescriptions doivent être enlevés ou entretenus de manière à répondre à ces règles. Dans le cas où les familles des défunts ne procèdent pas aux travaux demandés, la commune les exécute par substitution, mais à leurs frais évidemment.
Assumant l’entretien des allées, les services municipaux concernés invitent les personnes concernées à faire de même avec les tombes et les en remercient pas avance. | cm




Les commentaires sont fermés