Les échos du Conseil du 05.06.2020

Les échos du Conseil du 05.06.2020

Jordan Zeller est entré en fonction

La Municipalité a reçu des candidatures très intéressantes, répondant à une mise au concours récente concernant la voirie communale. En raison d’une réorganisation de ce service, doublée d’une arrivée en retraite, les autorités ont décidé d’engager deux personnes, d’ici la fin de l’année en cours.
On précisera que Domenico Paladino aurait dû jouir de sa retraite au 31 mai dernier, qui a cependant accepté de prolonger son engagement jusqu’à son remplacement. La Commune l’en remercie chaleureusement.

Un enfant du village
Un engagement a donc été réalisé ce printemps à la grande satisfaction des autorités. Jordan Zeller, 27 ans ce mois, a en effet pris officiellement ses fonctions le 1er juin, qui travaillait déjà pour la voirie locale durant les derniers jours de mai.
Marié, père de deux bambins et domicilié à Cortébert, Jordan Zeller a suivi une formation agricole, exerçant cette profession chez son père Ernest, ainsi qu’en divers endroits où il a assuré des dépannages, avant de travailler pour une entreprise de la Vallée de Tavannes.
« Lorsqu’un remplacement de voyer-fontainier a été mis au concours à Cortébert, je me suis lancé, sans du tout connaître la fonction. Or grand bien m’en a pris, ce métier m’a immédiatement séduit, par sa diversité notamment. »
C’est donc un employé particulièrement enthousiaste, dont notre voisine de Cortébert a grandement apprécié les qualités professionnelles, soin et sérieux en particulier, que le Conseil municipal se réjouit d’avoir engagé. | cm


Jordan Zeller a pris ses fonctions avec enthousiasme

La vigilance paie : les comptes 2019 bouclent favorablement

Le tissu fiscal de la commune est visiblement en bonne santé. De quoi appréhender avec une certaine sérénité les effets du Covid et les gros investissements à venir.
Vincent Fleury, administrateur des finances, a pu boucler de manière très satisfaisante l’exercice comptable 2019 : un résultat positif de quelque 856’000 francs au compte général, soit une amélioration dépassant le million de francs, puisque le budget prévoyait un excédent de charges d’environ 206 000 francs. Au compte global (celui qui englobe également les Financements spéciaux), le résultat positif atteint près de 989’000 francs, sur un roulement d’environ 8,5 millions de francs.


Une belle santé fiscale
Cette bonne surprise est due essentiellement aux recettes fiscales, lesquelles se sont révélées supérieures au total budgété, de quelque 961’000 francs. Les impôts sur le revenus des personnes physiques sont supérieurs de 668’000 francs aux prévisions basées sur l’exercice précédent ; s’y est encore ajouté une hausse de 115’000 francs environ pour les impôts sur la fortune des mêmes personnes physiques. Des améliorations appréciables, et imprévisibles : « Les habitants ont augmenté, d’une part, et l’année 2019 a visiblement été bonne pour nos citoyens, sur le plan professionnel », se réjouit Vincent Fleury. Non sans souligner : « Dépendant proportionnellement assez peu des personnes morales, nous n’avons pas à redouter des effets trop importants de la RFFA ».


Jolies surprises
Au sujet des personnes morales justement, on précisera que le partage d’impôts sur leur bénéfice a été supérieur au budget de quelque 34’000 francs, lui qui concerne les entreprises tenant à Courtelary une antenne mais non leur siège. Les taxations spéciales (41’000 francs de plus) et les taxes immobilières (89’000 francs de plus) ont réservé elles aussi de jolies surprises, tout comme l’encaissement d’impôts précédemment dépréciés (35’000 francs).
On conclura ce chapitre en précisant que l’Indice de rendement harmonisé (IRH) de Courtelary est toujours inférieur à la moyenne cantonale (ce qui vaut à notre commune de toucher 224’000 francs de prestation complémentaire au titre de la péréquation financière), mais qu’il se situe désormais parfaitement dans la moyenne régionale ; cet IRH reflète la « qualité » des contribuables.


On tient le budget
Un second facteur important mérite d’être relevé : les charges de formation furent inférieures au budget, de près de 160’000 francs, pour diverses raisons imprévisibles à l’heure d’établir les prévisions.
On ne saurait évidemment passer sous silence la grande vigilance dont les conseillers municipaux font preuve depuis plusieurs années, en respectant le budget au plus près possible et en faisant preuve de modestie, aussi bien dans les dépenses courantes que dans les investissements.


Des financements équilibrés
Au chapitre des financements spéciaux, on ne s’arrêtera pas à celui de l’alimentation en eau, qui a vu la commune transférer patrimoine et responsabilité au syndicat intercommunal nouvellement créé.
Le FS du traitement des eaux usées boucle sur un tout petit excédent de dépenses (environ 2300 francs) et présente une fortune actuelle de 466’000 francs. La gestion des déchets a elle aussi généré un excédent de revenus, chiffré à quelque 22’000 francs et dû notamment à des frais d’incinération plus bas que prévus et des taxes plus élevées induites par l’augmentation de la population ; ce FS s’élève à quelque 43’000 francs.

Investissements mesurés
Les investissements ont à peine dépassé 300’000 francs en 2019, alors que le budget prévoyait un total de 1,8 millions de francs. L’explication principale réside évidemment une fois encore dans le changement de système au niveau de l’alimentation en eau. Par ailleurs, on rappellera que l’assemblée a refusé l’aménagement prévu de la place de jeu de la Châtelaine (120’000 francs), tandis que les travaux de réfection de la route éponyme (crédit de 145’000 francs accepté par l’assemblée de juin 2019) ont dû être repoussés ; on espère qu’ils pourront être menés avant la fin de l’été.

La fortune grossit
Quant aux autres différences avec le budget, on soulignera qu’elles sont pour la plupart très minimes, et relèvent de dépenses liées.
La fortune actuelle de la commune s’élève à quelque 4 millions de francs, qui a grossi de 925’000 francs en 2019. De quoi absorber un peu plus sereinement les effets Covid… | cm

La commune à un tournant

Cet exercice très positif ne doit pourtant pas pousser la Commune à l’euphorie. « Nous arrivons à un carrefour », souligne l’administrateur des finances. Des investissements conséquents vont devenir indispensables ces toutes prochaines années, en particulier pour le collège. La plus grande vigilance demeure donc de mise. Ce d’autant plus que nous n’échapperons pas aux effets négatifs de la pandémie. »
Et Vincent Fleury de souligner que les autorités continueront à soutenir les dépenses qui sont nécessaires au bien des citoyens et au développement du village. « S’il ne faut pas afficher un optimisme excessif, il est cependant confortable de pouvoir appréhender l’avenir avec davantage de sérénité, grâce à quelques exercices positifs. Mais attention : il n’est vraiment pas temps de toucher à la quotité fiscale. Même si elle est clairement supérieure à la moyenne du Jura bernois (2.14, contre 1.89), réglons d’abord les problèmes que générera la pandémie, puis assumons les gros investissements en vue. Il serait malvenu d’abaisser la quotité, pour devoir la réaugmenter à court, voire à très court terme… ». | cm




Les commentaires sont fermés