La courbe démographique ne relâche pas son effort

La courbe démographique ne relâche pas son effort

Le chef-lieu régional a gagné encore 41 habitants l’an dernier, dont la courbe démographique suit une progression éminemment positive ces quinze dernières années : à fin 2018, 257 âmes de plus qu’au 31 décembre 2003. Une jolie pente, qu’elle gravit avec une belle régularité.

Très bonne année
Exceptés quelques petits fléchissements, en 2005 (diminution de 17 habitants) et en 2012 (-25), la croissante démographique ne fait que se confirmer à Courtelary, qui a gagné 209 habitants depuis 2004, soit 113 détenteurs du passeport helvétique et 96 ressortissants étrangers.
Au classement des progressions annuelles les plus marquées, 2018 prend le quatrième rang, derrière 2014 (+ 52), 2004 (+48) et 2009 (+ 48).
Douze mois après avoir franchi la barre des 1400 habitants, la commune confirme donc l’attrait qu’elle exerce. Fin 2018, elle abritait 1442 personnes (1401 fin 2017), soit 1206 ressortissants suisses (1186) et 236 étrangers. Parmi ces derniers, on relève 162 détenteurs de permis C (147), 57 de permis B (47) et 11 détenteurs d’autres permis (21). Pour arriver au total de 1442 âmes, on comptabilisera encore les 6 personnes actuellement en séjour (2).

Une balance très souriante
Le bon résultat de l’année dernière est imputable à un nombre décroissant de départs de la localité (60, contre 96 en 2017), pour un beau total d’arrivées (95, contre 96 en 2017). Plus réjouissante encore, la balance entre les 17 naissances (10) et les 11 décès (15) enregistrés durant l’année civile.
Au chapitre de la confession, on relève 606 réformés (607), 341 catholiques romains (328), 6 catholiques chrétiens (6) et 489 personnes déclarant appartenir à une autre ou à aucune religion (460).
Quant au sexe, la progression s’est faite à parts quasi égales en 2018, la gente masculine demeurant toujours numériquement plus forte : de 711 à 732 hommes, de 690 à 710 femmes.

Trentenaires en force
La pyramide des âges révèle un ventre assez rebondi pour les 30 à 60 ans, mais également un beau total de très jeunes (181 enfants de moins de 10 ans, soit 12 de plus qu’en 2017).
La plus forte progression est enregistrée par les 31 à 40 ans : 22 personnes de plus en un an, pour atteindre le total de 185. Les 41 à 50 ans sont aujourd’hui 209, soit dix de plus qu’il y a douze mois. Ont également augmenté les 11-20 ans (160, + 6), les 81-90 ans (70, + 4) et les 91 ans ou plus (24, + 6). Les 21-30 ans ont diminué de 6 personnes (155 au total), les 51-60 de 9 (193), les 61-70 de 2 (141), comme les 71-80 (124).
Les paris sont lancés, pour le franchissement de la barre des 1500 âmes… | cm




Les commentaires sont fermés