Avis officiels du 06.11.2020

Avis officiels du 06.11.2020

Budget 2021 : un léger excédent de charges, pour un exercice chargé d’inconnues

La crise sanitaire et ses impacts rendent les prévisions particulièrement difficiles et la prudence plus indispensable que jamais
C’est un budget 2021 très raisonnablement déficitaire que les autorités et l’administrateur des finances Vincent Fleury présenteront à l’assemblée municipale du 14 décembre prochain, si elle a bien lieu évidemment. La crise sanitaire -qui vient d’ailleurs de conduire le Canton à autoriser les Communes à faire passer par les urnes des objets prévus initialement en assemblée- multiplie les inconnues et rend l’exercice du budget particulièrement ardu.
« Sommes-nous pessimiste ou pas ? Nul ne peut le dire aujourd’hui », souligne Vincent Fleury.


Un bon tissu fiscal
Le budget 2021 prévoit un excédent de charges de quelque 270 000 francs, sur un total d’environ 8,3 millions de francs. Un solde négatif que la Commune peut assumer sans inquiétude, étant entendu sa fortune actuelle, haute de 3,1 millions de francs.
Les perspectives à moyen terme ne sont pas dramatiques non plus, souligne l’administrateur des finances : « Courtelary présente fort heureusement un bon tissu fiscal ; nos recettes, à ce titre, dépendent pour un quart des personnes morales, pas davantage. Grâce à la force des personnes physiques, nous sommes nettement moins impactés que d’autres collectivités par la réforme de la fiscalité. »

2018-2019, c’est fini…
Vincent Fleury n’en demeure pas moins réaliste : « L’économie attend un redémarrage poste confinement, mais il est extrêmement lent dans certains secteurs. Les prévisions sont de fait très difficiles. Il est pourtant évident que nous ne pouvons pas espérer connaître, ces quatre ou cinq prochaines années, des résultats comparables à ceux de 2018 et 2019… »
Par rapport aux comptes 2019, le budget 2021 prévoit une diminution des recettes fiscales (due aux effets cumulés du Covid et de la nouvelle imposition des entreprises) et de la péréquation financière (par l’effet des bons exercices passés), à hauteur de 550 000 francs. « Nous avons tablé sur une baisse de 4 pour cent pour les personnes physiques et de 25 pour cent pour les personnes morales, étant entendu que deux des trois principales entreprises locales sont touchées de plein fouet par les effets Covid. »

Principales différences
Quant aux principales augmentations de charges, on mentionnera tout d’abord les quelque 97 000 francs de plus prévus au titre de la sécurité sociale ; ils s’expliquent par la compensation des charges pour l’aide sociale, ainsi que par l’introduction des bons de garde aux parents qui confient leurs enfants en bas âge à des structures d’accueil reconnues. A ce sujet, on rappellera que la crèche Les Moussaillons est désormais subventionnée.
Au chapitre ordre-sécurité publique-défense, l’augmentation est proche de 58 000 francs ; elle est due principalement à la subvention de 50 000 francs versée obligatoirement à la société de tir pour l’installation d’un récupérateur de plombs.
Dans le domaine de la formation, les quelque 51 000 francs d’augmentation sont induits principalement par une hausse du nombre d’élèves.
Signalons enfin que quelque 52 000 francs de charges supplémentaires sont prévues au titre des transports, expliquées en particulier par les amortissements planifiés des routes qui seront prochainement assainies.


Taxes maintenues
Ce budget s’appuie sur une quotité fiscale maintenue à 2.14, ainsi que sur des taxes inchangées. « Même si nous avons vécu quelques bonnes années, ce n’est vraiment pas le moment de songer à abaisser la quotité. La situation générale actuelle nous garantirait quasiment de devoir la remonter à très court terme », conclut Vincent Fleury. | cm

Investissements : au collège, la sécurité intérieure aussi

Rien de luxueux au programme 2021, mais des dépenses nécessaires, utiles et à effet durable
Après approbation massive du concept de sécurité autour du collège, en assemblée municipale de fin septembre, il s’agit désormais de penser à la sécurité intérieure du bâtiment, en particulier à la protection contre les incendies. L’immeuble est très ancien, et dans différents domaines, sa conception ne répond plus aux normes actuelles. Le Conseil municipal souhaite anticiper les mesures que vont sans le moindre doute ordonner très bientôt l’AIB et les autres organes de prévention, en les assortissant d’un délai de réalisation très court. Aussi a-t-il inscrit un montant de 500 000 francs au budget des investissements 2021, pour établir un concept de sécurité dont les études ont été lancées.
Ce demi-million appartient à l’enveloppe globale de 3,5 millions prévue pour la rénovation complète du collège, laquelle s’étalera sur plusieurs exercice et fera évidemment l’objet de votations ultérieures. « Les mesures liées à la sécurité seront réalisées dans un premier temps et seront conçues de manière à s’intégrer au projet global », souligne Vincent Fleury.
Il s’agit là du plus gros poste inscrit au budget des investissements 2021.

Déjà votés
Dans l’ordre décroissant, on citera des investissements qui ont d’ores et déjà été approuvés par l’électorat : près de 904 000 francs pour la réfection de la route du Tombet (un chantier cumulant l’éclairage public, les fontaines, les eaux usées et eaux claires, ainsi que le coffre et la surface) ; 100 000 francs pour les conduites d’eaux usées dans le quartier du futur EMS Hébron ; 100 000 francs pour l’installation de conteneurs semi-enterrés ; 85 000 francs pour la réfection de la route de la Châtelaine.


Durabilité
Un montant de 100 000 francs est prévu pour un projet global de mobilité sur les ponts de la commune. Il s’agit d’en réaménager certains, afin de les faire durer par une réduction du tonnage ou de la largeur de circulation, mais également de rendre le trafic plus sûr en créant un passage pour les piétons et les cyclistes.
50 000 francs sont destinés à des travaux sur le bâtiment municipal, où les fenêtres âgées d’une trentaine d’années seront remplacées, afin de réaliser de substantielles économies d’énergie.
Comme chaque année, un montant de 40 000 francs est attribué à des rénovations dans des classes scolaires, au probable bénéfice de l’école enfantine. La place de la gare sera refaite pour une somme comparable et l’assainissement de l’éclairage public se poursuivra pour 40 000 francs également.
L’habituelle subvention pour investissements du Syndicat d’aménagement des eaux de la Suze (SAES) se monte à 47 700 francs, tandis qu’un ultime poste, de 35 000 francs celui-là, est prévu pour remplacer les serrures de divers locaux communaux (Centre, école enfantine, etc.), en les rendant compatibles avec celles de la halle ; l’objectif consiste à équiper tous les locaux collectifs de badges programmables. | cm




Les commentaires sont fermés