Avis officiel du 04.06.2021

Avis officiel du 04.06.2021

La rénovation du collège a commencé l’an dernier avec le remise en état de la place rouge, très appréciée, aussi bien des écoles que des sociétés sportives

Des recettes fiscales en nette hausse embellissent les comptes 2020

La fortune de la commune lui permettra d’assumer ses projets importants mais raisonnables
Les comptes communaux 2020, bouclés par l’administrateur des finances Vincent Fleury et qui seront soumis à l’assemblée municipale du 21 juin prochain, ont réservé une belle surprise, à savoir une amélioration de quelque 222 000 francs au compte général : 117 000 francs d’excédent de revenus, tandis que le budget prévoyait un excédent de charges de 105 000 francs.

Les impôts sauvent la mise
Avec près de 5,4 millions de francs au total, les revenus fiscaux bruts sont supérieurs de quelque 490 000 francs aux prévisions. Il est particulièrement réjouissant de constater que cette augmentation est le fait, pour une très grande part, des impôts prélevés sur le revenu des personnes physiques (388 000 francs de plus) ; on voit là le reflet d’un tissu démographique équilibré.
Parmi les autres motifs d’amélioration, à la même rubrique, le rappel d’impôts sur le revenu a permis d’encaisser 27 000 francs de plus que prévu ; par ailleurs, au titre des partages d’impôts sur le bénéfice des personnes morales, la commune a dû verser 48 000 francs de moins et a encaissé 12 000 francs de plus que prévu, soit une embellie globale de 60 000 francs.
S’y ajoute encore des impôts à la source (sur le revenu des travailleurs frontaliers) supérieurs de 13 000 francs aux prévisions.

Prudence…
Vincent Fleury le souligne : cette belle surprise ne doit pas occulter les prévisions pessimistes induites par la pandémie, quant aux recettes fiscales sur les revenus, pour l’année en cours, voire les suivantes. Les provisions pour les créances en péril ont été supérieures aux prévisions de quelque 50 000 francs l’an passé, et la pandémie fait craindre une détérioration plus marquée encore à l’avenir.
Il reste qu’ion appréciera encore deux bonnes nouvelles fiscales absolument imprévisibles, à savoir les 43 000 francs de plus encaissés sur les gains immobiliers et les 36 000 francs supplémentaires de taxations spéciales.

Pas à pas
Avec l’administrateur des finances, parcourons les rubriques de ces comptes, pour en relever les principales différences par rapport au budget.
L’Administration générale, tout d’abord, a coûté 24 000 francs de moins que prévu, grâce à un respect parfait du budget d’une part et à des baisses liées à la pandémie, telle que la diminution des jetons de présence et des frais de votations, par annulation de séances et de scrutin.
La rubrique Ordre, défense et sécurité publique présente en revanche une hausse de charges de quelque 40 000 francs, due essentiellement aux travaux effectués sur le stand de tir. « La quasi-totalité des frais liés au récupérateur de plomb a été mise à la charge de la commune, qui doit assurer, pour les tireurs, des installations répondant aux normes. »

Soutien mérité au tissu associatif
La formation en général a coûté quelque 162 000 francs de moins que prévu, soit une baisse d’environ 10 pour cent, liée notamment à l’annulation de diverses activités scolaires pour cause de Covid, ainsi qu’à une participation cantonale plus élevée aux frais de traitement du personnel enseignant, eu égard aux charges de formation, calculées par habitant, particulièrement élevée dans notre commune.
Inversement, la rubrique Culture, sports et loisirs présente des charge supérieures de 44 000 francs au budget. De nombreuses manifestations ont certes été annulées, mais les subventions aux sociétés locales ont été augmentées pour cause de Covid. Vincent Fleury : « Les aider à affronter cette période difficile était important aux yeux de l’Exécutif, qui apprécie à sa juste valeur leur apport précieux à la qualité de vie de la commune en général et au bien-être de sa jeunesse en particulier. »
La même conviction justifie la subvention de 34 000 francs versée au Football-Club pour son raccordement au chauffage à distance et les 10 000 francs investis dans le réaménagement de la place rouge.

Un œil attentif sur la crèche
La rubrique Santé a coûté 4000 francs de moins que les 10 000 budgétés pour assurer une partie des coûts éventuels liés à une denture anomale.
On relève en revanche une hausse de 316 000 francs au chapitre de la Sécurité sociale, due pour l’essentiel à la crèche municipale. « Durant deux mois, l’institution a dû demeurer fermée pour cause de pandémie ; aucune facture n’a été adressée aux parents et pourtant, en tant que commune, nous n’avons pas eu droit aux RHT », précise Vincent Fleury. En ajoutant que l’an dernier, une vingtaine seulement des 36 places étaient occupées en moyenne. La situation sanitaire semble avoir conduit de nombreux parents à mettre en place une autre solution de garde.
Précisons que l’Exécutif local a pris rapidement des mesures, redimensionnant la crèche à 24 places dès le 1er janvier 2021. « Les autorités suivent de près le fonctionnement de cette institution, afin d’éviter une explosion des coûts. »

La péréquation appréciée
La commune a touché 87 000 francs de plus au titre de la péréquation financière et de la compensation des charges, grâce à une hausse substantielle des prestations versées pour les charges géotopographiques, lesquelles pèsent sur les localités excentrées et dont le territoire est pour bonne part en altitude.
Au chapitre des quotes-parts, on mentionnera les quelque 40 000 francs versés par le canton de Berne, au titre de quote-part de l’Impôt fédéral direct (IFD), pour limiter les pertes communales dans le domaine des impôts sur les personnes morales, ensuite de la réforme fiscale bernoise.

A but social
Au chapitre Administration de la fortune et de la dette, Vincent Fleury relève des charges nettes supérieures de 163 000 francs. Et de préciser que cette hausse est due pour l’essentiel à l’attribution, au FS Préfinancement des capitaux propres, du bénéfice réalisé en vendant le terrain Sous-L’Eglise voici une dizaine d’année ; on se souvient qu’il avait été décidé en assemblée d’utiliser ce bénéfice pour des actions sociales locales. Les 184 000 francs en question s’amortiront durant les années à venir, à travers divers opérations concrètes en faveur des enfants ou des aînés en particulier.

A l’équilibre
Signalons enfin que les Financements spéciaux ont fort bonne mine. Celui de la gestion des déchets clôture sur un équilibre quasi parfait, tandis que celui du traitement des eaux usées boucle sur un léger excédent de charges, à savoir 14 000 francs (le budget en prévoyait 16 000). « Avec une réserve de 452 000 francs, une telle perte est parfaitement supportable », précise l’administrateur des finances.
Rappelons que la gestion des coûts liés à l’alimentation en eau potable est confiée au Syndicat intercommunal. | cm

Des projets supportables

Avec quelque 260 000 francs d’investissements effectivement consentis en 2020, la commune est restée très en deçà de ses prévisions. L’exercice a en effet été jalonné de chantiers relativement modestes et du lancement initial de gros projets qui se poursuivront sur plusieurs années. La rénovation prévue du collège n’en est encore qu’au stade de l’étude, l’aménagement de ses alentours va démarrer dès que sera délivré le permis ad hoc, les travaux de la rue du Tombet ont commencé, l’installation des conteneurs semi-enterrés attend encore les autorisations nécessaires émanant des autorités supérieures, la viabilisation de la rue du Tilleul est pour bientôt.
« Avec une fortune de quelque 4,3 millions de francs, la commune pourra supporter les charges de ses grands projets à venir. Ils sont nécessaires et raisonnables », conclut Vincent Fleury. | cm




Les commentaires sont fermés