Archives mensuellesjuin 2021

SideBar

Avis officiel du 25.06.2021

Belle unanimité d’une maigre assemblée

19 personnes (dont huit seulement n’appartenaient ni aux autorités ni au personnel obligatoirement présents), soit 2,04 pour cent des 932 ayants droit, ont pris part lundi soir à l’assemblée municipale dite des comptes, bouclée en 35 minutes exactement.
Deux options, la première flatteuse et la seconde inquiétante, s’offrent au Conseil municipal pour interpréter cette très maigre assistance : soit la population accorde une confiance absolue à ses autorités, soit règne dans le chef-lieu un désintérêt total pour les affaires locales…

Sans opposition
Quoi qu’il en soit, ce Législatif a suivi unanimement les propositions de l’Exécutif local, à commencer par l’approbation des comptes municipaux 2020, présentés par le maire, Benjamin Rindlisbacher. On ne reviendra pas sur les chiffres de cet exercice, qui ont été détaillés dans ces colonnes tout récemment.
Une seule question était posée à ce stade, qui mérite d’être développée. Un citoyen demandait d’une part si les communes régionales sont nombreuses à gérer leurs propres crèches, d’autre part s’il ne serait pas opportun de confier cette gestion à un organe externe, afin notamment de pouvoir, le cas échéant, toucher des dédommagements au titre des RHT (réduction de l’horaire de travail).
Vincent Fleury, secrétaire-administrateur des finances, et Benjamin Rindlisbacher, ont répondu à cette intervention en précisant tout d’abord que plusieurs communes du Vallon gèrent leur crèche et ont en effet vécu, durant la pandémie, le même problème que la nôtre.

Intéressés ? N’hésitez pas !
Plus avant, ils rappelaient que les anciennes directrices de l’institution Les Moussaillons ont spontanément proposé à la Municipalité de reprendre la gestion de cette crèche. Interpellé, le Conseil municipal a étudié toutes les pistes possibles et tenté de trouver d’éventuels intéressés.
Ses recherches se révélant vaines, la Commune n’a eu d’autre choix, pour en assurer la pérennité, que de reprendre la gestion de la crèche à sa charge.
Or l’offre est toujours valable : si un groupe de citoyens souhaite fonder une association, en collaboration avec la Municipalité, qu’ils n’hésitent surtout pas à se manifester auprès de l’administration ou des autorités.

Un crédit et des décomptes
L’assemblée a donc approuvé ensuite le crédit additionnel de 30 000 francs, nécessaire pour achever l’assainissement de l’éclairage public. Roberto Previtali présentait cet objet, relatif à un chantier ouvert en 2014.
Deux décomptes finaux étaient ensuite présentés à l’assemblée, à commencer par celui de la rénovation de l’école des Prés-de-Cortébert. Roxane Zürcher soulignait que malgré des travaux supplémentaires décidés en cours de chantier, cette rénovation n’aura pas utilisé totalement l’enveloppe de 385 000 francs votée par les législatifs des communes membres du syndicat scolaire ad hoc (Cormoret, Courtelary, Cortébert, Corgémont, Sonceboz-Sombeval, Orvin, Diesse et Nods). On constate en effet une amélioration de quelque 11 000 francs.
Présenté par Roberto Previtali, le deuxième décompte concernait un chantier conséquent : réfection de la route de la Châtelaine, élimination des eaux claires parasites du secteur Le Pacot-La Châtelaine et préparation d’un bouclage de l’eau potable dans ce secteur. Un crédit de 145 000 avait été accepté par l’assemblée municipale de juin 2019. La dépense finale est inférieure de quelque 23 000 francs, en raison du transfert, au nouveau Syndicat intercommunal ad hoc, de toute la partie concernant l’alimentation en eau potable.
Les factures se répartissent ainsi : 5137 francs pour ATB SA, 95 318 pour Pro Routes SA, 18 141 pour Wyssbrod SA et 3207 pour Roland Vuilleumier SA.

Collège : du retard, mais pas d’abandon !
Au chapitre des divers, un citoyen s’enquérait de l’avancement du projet d’aménagement des alentours du collège, plébiscité l’an dernier en assemblée. Vincent Fleury précisait que la Municipalité attend une réponse à sa dernière prise de position en date, transmise en avril dernier aux autorités compétentes. Celle-ci concernant la divergence de positions entre deux organes cantonaux.
Le projet n’est pas le moins du monde abandonné, mais les autorités sont conscientes que l’attente du permis de construire le retardera. Plutôt que l’inauguration prévue à la rentrée d’août prochain, il faut sans doute se préparer à un achèvement à l’horizon 2022. | cm

La commune se porte bien, ce qui conduit peut-être ses citoyennes et citoyens à lâcher la bride de leurs autorités

Le maire s’adresse à la population

Dans son message estival, le maire rappelait quelques éléments importants de la politique communale, soulignant en préambule que le Conseil a jugé pertinent de soutenir l’action « monnaie du CIDE ».
Et de rappeler aux habitants qui ne l’auraient pas encore fait, qu’ils peuvent acquérir cette monnaie, avec un rabais de 20 pour cent, auprès de Clientis CEC ou de l’administration municipale. Toutes les modalités figurent sur le site internet communal.
Benjamin Rindlisbacher adressait ses remerciements au conseiller municipal Théo Brand, qui mettra un terme à son mandat en fin d’année ; sans son engagement très apprécié, les autorités n’auraient pas pu fonctionner.
Le maire revenait sur le blocage du budget, heureusement levé à mi-mai par la Préfecture. Quant à la question des chemins de finage, une procédure est toujours pendante.

Un programme en quatre axes
Le chef de l’Exécutif rappelait plus avant les quatre axes principaux du programme de législature adopté le 10 mai dernier, à commencer par l’étude d’une nouvelle crèche communale adaptée aux nouveaux besoins en termes de dimensionnement et de cadre (voir ci-contre).
Deuxième axe, la mise au point d’un concept de mobilité et de sécurité à travers le village, en lien avec la nécessaire réfection de deux ponts sur la Suze.
Le Conseil municipal entend bien terminer l’étude pour la rénovation du collège et faire voter le crédit nécessaire, au cours de cette législature.
Enfin, moins « sexy » sans doute, mais néanmoins capital pour le fonctionnement et la modernité de notre collectivité : l’Exécutif va analyser et revoir de manière approfondie les divers règlements communaux.

Déchets : un test intéressant
Dans l’épineux domaine des déchets, Benjamin Rindlisbacher rappelait que l’Exécutif attend le permis de construire pour les conteneurs semi-enterrés et que parallèlement, il a répondu favorablement à une proposition de son prestataire, Vadec. Cet automne, probablement en septembre, un test de ramassage mobile sera mené, pour ce qui concerne les cassons combustibles. En clair, plusieurs bennes seront installées à travers la localité, où les habitants pourront déposer leurs encombrants.  Détails en temps voulu.
A plus long terme, ajoutait Benjamin Rindlisbacher, on étudie une solution intercommunale, afin d’éviter le triste spectacle des lendemains de collecte…

L’affaire du syndicat
En matière d’eau potable, l’orateur rappelait à la population que toutes les questions, réclamations ou autres remarque relatives à l’alimentation en eau potable doivent désormais être adressés au syndicat intercommunal et non à l’administration municipale.
En conclusion, le maire adressait se remerciements à la population pour la confiance accordée, à ses collègues du Conseil et au personnel de la Commune pour leur excellent travail et leur magnifique esprit de collaboration. | cm

Un avant-projet demandé pour une crèche

Ainsi que le maire l’a annoncé à l’assemblée municipale (voir ci-contre), le Conseil municipal réfléchit à l’éventuelle construction d’un nouveau bâtiment pour abriter la crèche municipale. Il s’agit d’une étude figurant à son programme de législature.
Dans cette optique, l’Exécutif a mandaté tout récemment le bureau d’architecture MBR, à Saint-Imier, afin qu’il établisse une estimation des coûts de réalisation. Cet avant-projet doit être étudié sur la dernière parcelle à bâtir encore disponible, à savoir au Pacot, derrière le garage de la voirie.
On rappellera que la Commune loue actuellement, pour sa crèche, des locaux prévus pour une soixantaine d’enfants, alors que 24 seulement fréquentent l’institution. De surcroît, l’endroit n’est guère adapté, qui ne possède qu’une terrasse en dur et aucun jardin, et qui se trouve au bord de la route cantonale.
Au Pacot, la situation sera nettement plus adéquate, avec jardin privatif d’une part et accès direct, sans traverser la chaussée principale, à la future place de jeu du collège.
L’avant-projet commandé estimera les coûts du projet qui sera de toutes façons soumis à l’électorat avant poursuite de l’étude. | cm

Chacun trie et élimine ses déchets

Voici une dizaine de jours, la conciergerie du collège a découvert les déchets ci-dessus dans le conteneur sis tout à côté du bâtiment. Le Conseil municipal rappelle dès lors à tous quelques règles importantes.
Première précision : l’usage de ce conteneur est réservé exclusivement à l’école ; nul ne peut y déverser ses ordures, de quelque nature qu’elles soient.
Deuxième remarque capitale à une époque où chacun doit fournir un effort pour préserver l’environnement et les ressources : ce genre de déchets doivent être préalablement triés, puis éliminés et respectivement recyclés à l’EcoPoint communal.
Troisième et ultime rappel émanant des autorités : les alentours du collège ne sont pas à considérer comme une place de pique-nique. Le village en compte deux, à savoir au-dessus du cimetière et dans le secteur de Piénibon.
Au cas où cette situation se reproduirait, des contrôles seraient effectués et des mesures prises. | cm

Pas avant la rentrée

Des demandes ont été adressées à la Municipalité, pour la réouverture de la halle de gymnastique. Or le Conseil municipal préfère ne pas se précipiter. La situation actuelle sera maintenue jusqu’à la rentrée scolaire d’août prochain. D’ici là, et en particulier le 1er juillet, les autorités fédérales auront communiqué les nouvelles règles en vigueur, ce qui permettra de prendre une décision durable pour l’utilisation de notre halle. | cm

Délégation

Roberto Previtali, conseiller municipal, représentera la commune à l’assemblée générale annuelle du Football-Club Courtelary, laquelle se déroulera le 2 juillet. | cm

Don

Le Conseil municipal a décidé de soutenir, par un don de cent francs, la programme estival Musicales JUBE du Salon de musique sis à Cormoret. | cm

Journée culture urbaine

Les 7 à 17 ans invités à découvrir des activités urbaines freestyle

Sous l’égide d’Art Terre Connexion et à l’initiative de Benjamin Thibaut, une journée de culture urbaine demain samedi autour du collège
Il a beau n’afficher que treize printemps, Benjamin Thibaut, son enthousiasme et son dynamisme peuvent soulever des montagnes… freestyle ! Membre d’Art Terre Connexion, le mouvement de Neves Kalemba Esteves, il a activé cette association pour donner corps à un rêve : une journée complète consacrée dans le chef-lieu au street art et aux sports freestyle, ces activités de jeunes qui font vivre et colorent notre société parfois très empoussiérée.

Découvrir, essayer et tisser des liens
Passionné de graffiti et de sport fun, l’initiateur de cette journée de culture urbaine freestyle y met en pratique son envie profonde de partager des activités sportives et des loisirs actuels. A un public de 7 à 17 ans, il propose donc de les découvrir et de les essayer, pour adopter chacun ce qui lui sied au mieux.
Et grâce à Art Terre Connexion, qui assume la gestion financière et les relations, ces découvertes sont offertes demain samedi sous l’animation de véritables spécialistes super cotés.
Ensemble, Neves Esteves et Benjamin Thibaut profitent de cette manifestation exceptionnelle pour offrir à tous les intéressés une occasion unique et incontournable de tisser des liens.
Tour d’horizon de ce programme résolument fun.

Ça roule !
Le premier atelier, totalement freestyle, sera animé par des membres du Loud Minority Skatepark de Bienne et consacré à trois sports roulants actuels : trottinette, roller et skateboard. Dans chacune de ces disciplines, en continu de 10 h à 16 h, et pour une inscription modique de dix francs, on pourra suivre une session d’initiation ou de pratique avancée, selon son niveau personnel.
Chaque participant apporte son matériel roulant et ses protections
Parallèlement, en libre et sans inscription, tous les intéressés pourront s’essayer au Parkour (franchissement d’obstacles sans engin) ou au Skimboard. Frissons garantis !

Le Loud Minority Skatepark de Bienne proposera un atelier de sports freestyle de deux niveaux

Avec DJ Idem
Autre atelier, celui qu’animera une pointure dans sa spécialité, DJ Idem, qui expliquera son rôle concrètement, qui révélera comment un DJ se prépare, qui dévoilera même quelques ficelles pour animer aux platines une bonne soirée, voire pour créer une musique.
Une participation financière de quinze francs sera demandée aux intéressés, qui pourront se familiariser avec le quotidien d’une de leurs icônes, de 14 h à 16 h.

DJ Idem, une pointure, animera un atelier évidemment consacré à sa spécialité

Page blanche…
De 10 h à 16 h, le collectif Level One Records proposera pour sa part un atelier d’écriture. Durant cette session rare et précieuse, le professionnel dépêché par la maison de disques assistera les participants dans leur quête d’originalité. L’objectif consistera à chercher son propre chemin, pour pondre un texte véritablement personnel.
Les intéressés se muniront d’un cahier et de quoi écrire. Il leur sera demandé une finance d’inscription de dix francs.

L’atelier de Soy fait carton plein
Soy, qu’on ne présente même plus dans la région, animera pour sa part un atelier consacré aux bases du graff. On ne s’en étonnera pas : les places s’y sont arrachées dès que la manifestation a été annoncée. Les participants pourront s’y familiariser avec le matériel, puis y créer un graffiti sur une planchette de carton robuste, qu’ils pourront évidemment emporter.
Aucune inscription sur place donc, pour cet atelier graffiti.

Soy en action. Son atelier est d’ores et déjà sold out

Démo et show
Une fois les ateliers clos, les participants et le public, qui est évidemment invité très chaleureusement, assisteront ensemble à la présentation des œuvres réalisées, graffiti et textes confondus, puis à une démo de DJ Idem.
Et pour terminer la journée en beauté, tous les animateurs présenteront ensemble un big show multidisciplinaire, sur le coup de 18 h.

Tous au collège samedi 26 juin | cm

Samedi 26 juin, Collège de Courtelary, place rouge et alentours du bâtiment. Accueil dès 9 h 30, activités de 10 h à 18 h 30. Ateliers pour les 7 à 17 ans, inscription possible sur place (sauf pour le graffiti).  Petite restauration sur place. Dès 17 h, spectacle.

Avis officiel du 18.06.2021

En assemblée lundi

Les autorités locales rappellent que les ayants droit sont invités à l’assemblée municipale dite des comptes, qui se déroulera le lundi 21 juin à 20 h, en la halle de gymnastique.
Comme nous en avons pris l’habitude depuis le début de la crise sanitaire, les mesures de protection seront optimales, avec espacement des chaises, port du masque obligatoire pour tous les participants et désinfection soigneuse des mains à l’entrée de la halle.
L’ordre du jour de cette séance est relativement léger. Après la passation des comptes municipaux 2020, les participants statueront sur un crédit additionnel de 30 000 francs, proposée par l’Exécutif pour l’assainissement de l’éclairage public.
Seront ensuite présentés les décomptes finaux de divers travaux effectués d’une part à l’école des Prés-de-Cortébert, d’autre part dans le quartier de La Châtelaine.
Le message des autorités clôturera la partie statutaire. | cm

Plus de 500 doses administrées vendredi dans le chef-lieu

Vendredi dernier 11 juin, les véhicules et le personnel spécialisés dépêchés par les autorités sanitaires cantonales, devant notre collège, ont effectué un déplacement réellement très bienvenu. Plus de 500 doses de vaccin anti-Covid ont en effet pu être injectées à cette occasion, et sans que les inscrits ne doivent attendre plus de quelques minutes.
Un succès complet pour les responsables médicaux de cette action, lesquels ont souligné l’excellent travail et la collaboration efficace apportés par le personnel de la Municipalité.
Le Conseil municipal tient ici à remercier les autorités cantonales pour leur offre locale de vaccination, toutes les personnes d’ici ou d’ailleurs qui ont profité de cette occasion pour se faire vacciner, ainsi que l’équipe technique de la Commune qui a préparé parfaitement les lieux très tôt le matin.
Pour les personnes qui doivent la recevoir, la seconde dose sera administrée le 9 juillet prochain.
Précision importante : il est inutile de contacter l’administration municipale pour demander ou modifier un rendez-vous. Celle-ci n’est nullement impliquée dans le volet médical, qui revient aux seules autorités sanitaires bernoises. / cm

Par un temps magnifique, gros succès pour la campagne de vaccination du chef-lieu


Avis officiel du 11.06.2021

Dons divers

Le Conseil municipal a décidé de soutenir, par un don de deux cents francs, l’association ELA, qui lutte contre des maladies génétiques rares attaquant le système nerveux central.
Le même montant a été versé au frac (Centre d’information et de consultation Construire sa vie professionnelle), qui accompagne notamment des habitant·es de notre commune.
Au Conseil opérationnel sport du Jura bernois, qui organise des joutes le 3 septembre prochain, les autorités ont décidé d’offrir cent francs.
A la section Jura bernois de l’Université populaire, enfin, le Conseil municipal accorde la gratuité, comme de coutume, d’une salle sise dans le bâtiment municipal, pour y organiser des cours de formation. | cm

Délégations

Jenny Mérillat, conseillère municipale, représentera la commune à l’assemblée du Syndicat d’aménagement des eaux de la Suze (SAES), le 24 juin prochain.
La veille, Roberto Previtali participera pour sa part à la réunion du Syndicat des eaux intercommunal Courtelary-Cormoret. | cm

Horaires maintenus

Suite aux bonnes expériences vécues ces derniers mois et aux retours positifs émanant d’habitant·es, le Conseil municipal a décidé de maintenir, au moins jusqu’aux vacances estivales, les horaires d’ouverture en vigueur depuis la pandémie à l’administration communale.
Rappelons que le guichet municipal est accessible les lundi, mardi, mercredi et jeudi de 8 h à 12 h, ainsi que le jeudi après-midi sur rendez-vous préalablement fixé en appelant le 032 944 16 01.
Par ailleurs, la Municipalité précise qu’elle demeurera fermée, pour les vacances estivales, du lundi 26 juillet au vendredi 6 août y compris. La réouverture est donc agendée au lundi 9 août.
La population est invitée à procéder suffisamment tôt aux achats de bons CIDE (avec une économie de 20 pour cent rappelons-le et un maximum de 500 francs par adulte) ainsi qu’aux demandes de documents divers. | cm

Mobilier scolaire à donner

Dans le cadre de l’analyse globale du collège, en vue de sa prochaine rénovation, on a retrouvé dans les combles des bancs et des chaises usagés mais encore utilisables. Les associations d’entraide qui seraient intéressées par ce matériel, lequel sera évidemment offert gracieusement, sont invitées à contacter la Municipalité (Vincent Fleury, secrétaire municipal, 032 944 16 01, fleury.admin@courtelary.ch), d’ici au 18 juin au plus tard. Un rendez-vous sera alors fixé, pour venir voir le mobilier en question, respectivement le charger.
Les autorités soulignent que le matériel ne sera pas livré ; les intéressés devront venir le chercher sur place. Tous le bancs et chaises qui n’auront pas trouvé preneur seront éliminés. | cm

Le rail surveillé depuis le ciel

Les CFF viennent d’adresser un courrier au Conseil municipal, pour l’informer de potentiels vols de drones au-dessus de la commune. Ce dernier en informe à son tour la population, afin qu’elle ne s’inquiète pas en cas d’observations particulières dans le ciel, au-dessus de la localité ou de ses alentours.
Objectif sécurité
Depuis quelques années en effet, la grande régie utilise couramment ce genre d’engin pour des relevés et autres observations qui tous visent la sécurité du réseau ferroviaire national.
Possédant une flotte de drones pilotés par du personnel formée en la matière, les CFF utilisent cette méthode pour inspecter leurs installations et leurs ouvrages, qu’il s’agisse de bâtiments, de voies ferrées, de ponts, passages à niveau ou autres.
Par ailleurs, l’observation par drone permet aux chemins de fer de contrôler et de gérer la végétation bordant leurs installations d’une part, le risques naturels d’autre part ; ainsi le danger de glissement de terrain ou d’éboulement peut-il être évalué et surveillé grâce à des vols réguliers. Vols qui sont également précieux lors de fortes intempéries, en permettant notamment de veiller aux risques d’inondations.
Dans toutes les situations et pour tous les objectifs précités, il va de soi que les vols ne sont pas toujours prévisibles ; organisés parfois en urgence, ils peuvent se produire hors des heures normales de travail et donc durant des périodes dites de repos. Les CFF veillent à limiter tant que se peut les dérangements et les désagréments induits. Ils remercient par avance la population de sa compréhension lorsque le passage d’un drone la dérange pour cause d’urgence.
Et la grande régie de souligner qu’elle planifie d’office les autres vols (relevés pour de travaux, notamment) durant les jours et les heures ouvrables.
Les CFF soulignent enfin que leurs pilotes sont formés non seulement techniquement, mais également en matière légale. Ils respectent donc la sphère privée des habitants et volent exclusivement après autorisation délivrée par les autorités officielles ou les aéroports avoisinants. | cm

Une nouvelle responsable pour la bibliothèque locale

Une bibliothécaire raccroche après 41 ans d’engagement, une jeune enseignante reprend les rênes cet été
Sympathique cérémonie, mardi soir, qui profitait d’une accalmie météorologique pour investir le préau du collège. La commission municipale de la bibliothèque avait réuni le personnel de l’institution et les autorités locales, représentées par le maire, Benjamin Rindlisbacher, et le secrétaire-administrateur, Vincent Fleury. L’événement valait bien le déplacement : Anne-Marie Béchir, une engagée de la toute première heure, mettra cet été un terme à son activité, après très exactement 41 années au service des lecteurs et lectrices du chef-lieu. Dans le même temps, Anne Dalla Piazza cède les rênes à Maïté Garcia.
Fidélité aux postes
L’ambiance est motivante et chaleureuse, au sein de l’équipe animant la bibliothèque scolaire et municipale ; cela ne fait aucun doute, sachant la fidélité de ses membres ! Une fidélité également constatée en commission ad hoc, dont la présidente, Fabienne Veya soulignait mardi soir : « Cette bibliothèque fait la fierté du chef-lieu depuis plus de quatre décennies. Sans cesse améliorée, modernisée, dynamisée, aujourd’hui informatisée comme les grandes institutions du genre, elle s’est appuyée jusqu’ici sur un duo central : Anne-Marie Béchir, qui y œuvre avec enthousiasme depuis sa création en 1980, et Anne Dalla Piazza, qui en a pris la responsabilité en 2010, non sans y avoir préalablement collaboré. »
La présidente adressait évidemment les remerciements de toute la collectivité à Anne-Marie Béchir, qui cessera son activité en juillet prochain, après avoir assuré d’innombrables permanences du jeudi, avec autant de serviabilité que de compétence, au service de plusieurs générations de lecteurs. Cette gratitude allait également à Anne Dalla Piazza, qui dépose les rênes mais demeure à disposition en tant que bibliothécaire à temps très partiel.
Cette dernière accueillait sa successeure, Maïté Garcia, enseignante au collège et citoyenne du chef-lieu, dont l’engagement à la bibliothèque ne date pas d’hier et dont la motivation ne fait aucun doute. « La biblio est en de très bonnes mains, les compétences et l’enthousiasme de Maïté Garcia lui garantissent un bel avenir », s’exclamait la responsable sortante. « Pour ma part, je suis contente de ne pas vraiment quitter cette équipe formidable. »
Une institution précieuse
Avec pas loin de 6000 ouvrages de tous genres, qui s’adressent à toutes les générations de lecteurs et qui sont renouvelés très régulièrement, la bibliothèque du chef-lieu constitue un outil très précieux, de loisirs, de formation, de plaisir et d’apprentissage. Un outil et un lieu de rencontre, que les autorités municipales soutiennent avec générosité et confiance, relevait mardi Fabienne Veya reconnaissante.
Benjamin Rindlisbacher, conscient de l’intérêt d’une telle institution pour une collectivité bien vivante, adressait pour sa part des remerciements sincères aussi bien à la commission qu’à l’équipe de bibliothécaires.
Un site idéal
Enfants, adolescents, jeunes et adultes de toutes générations : le tissu de lecteurs est particulièrement riche dans le chef-lieu. Le dynamisme des bibliothécaires, l’engagement sans faille des commissionnaires et la générosité des autorités expliquent en bonne part ce succès. Mais à ces raisons s’ajoutent incontestablement un facteur géographique de poids : la bibliothèque profite grandement du collège dans lequel elle habite, et inversement. Pour attirer les lecteurs, rien n’est plus efficace que la proximité et la facilité d’accès accordées aux enfants dès leur entrée en scolarité. Et pour assister les enfants et les adolescents dans leur éducation et leur croissance, rien de tel qu’une bonne bibliothèque, source de découvertes, de rêve, de plaisir enrichissant. | cm
*Les horaires d’ouverture de la bibliothèque scolaire et municipale, sise au rez-de-chaussée du collège : lundi 15 h – 17 h 30, mardi 17 h – 19 h, jeudi 15 h – 16 h 30, vendredi 9 h 30 – 10 h 30. Elle est fermée pendant les vacances scolaires, à l’exception de la semaine blanche et de la première semaine des vacances d’été

A l’entrée d’un lieu très apprécié, l’équipe de la bibliothèque au complet, de gauche à droite : Anne Dalla Piazza, responsable sortante, Véronique Blanchard Pérez, Anne-Marie Béchir et Maïté Garcia, nouvelle responsable

Vaccination contre le COVID-19

Informations
Site internet
S’enregistrer au 031 636 88 00

Magic Pass 2021-2022

Communiquée de presse

Avis officiel du 04.06.2021

La rénovation du collège a commencé l’an dernier avec le remise en état de la place rouge, très appréciée, aussi bien des écoles que des sociétés sportives

Des recettes fiscales en nette hausse embellissent les comptes 2020

La fortune de la commune lui permettra d’assumer ses projets importants mais raisonnables
Les comptes communaux 2020, bouclés par l’administrateur des finances Vincent Fleury et qui seront soumis à l’assemblée municipale du 21 juin prochain, ont réservé une belle surprise, à savoir une amélioration de quelque 222 000 francs au compte général : 117 000 francs d’excédent de revenus, tandis que le budget prévoyait un excédent de charges de 105 000 francs.

Les impôts sauvent la mise
Avec près de 5,4 millions de francs au total, les revenus fiscaux bruts sont supérieurs de quelque 490 000 francs aux prévisions. Il est particulièrement réjouissant de constater que cette augmentation est le fait, pour une très grande part, des impôts prélevés sur le revenu des personnes physiques (388 000 francs de plus) ; on voit là le reflet d’un tissu démographique équilibré.
Parmi les autres motifs d’amélioration, à la même rubrique, le rappel d’impôts sur le revenu a permis d’encaisser 27 000 francs de plus que prévu ; par ailleurs, au titre des partages d’impôts sur le bénéfice des personnes morales, la commune a dû verser 48 000 francs de moins et a encaissé 12 000 francs de plus que prévu, soit une embellie globale de 60 000 francs.
S’y ajoute encore des impôts à la source (sur le revenu des travailleurs frontaliers) supérieurs de 13 000 francs aux prévisions.

Prudence…
Vincent Fleury le souligne : cette belle surprise ne doit pas occulter les prévisions pessimistes induites par la pandémie, quant aux recettes fiscales sur les revenus, pour l’année en cours, voire les suivantes. Les provisions pour les créances en péril ont été supérieures aux prévisions de quelque 50 000 francs l’an passé, et la pandémie fait craindre une détérioration plus marquée encore à l’avenir.
Il reste qu’ion appréciera encore deux bonnes nouvelles fiscales absolument imprévisibles, à savoir les 43 000 francs de plus encaissés sur les gains immobiliers et les 36 000 francs supplémentaires de taxations spéciales.

Pas à pas
Avec l’administrateur des finances, parcourons les rubriques de ces comptes, pour en relever les principales différences par rapport au budget.
L’Administration générale, tout d’abord, a coûté 24 000 francs de moins que prévu, grâce à un respect parfait du budget d’une part et à des baisses liées à la pandémie, telle que la diminution des jetons de présence et des frais de votations, par annulation de séances et de scrutin.
La rubrique Ordre, défense et sécurité publique présente en revanche une hausse de charges de quelque 40 000 francs, due essentiellement aux travaux effectués sur le stand de tir. « La quasi-totalité des frais liés au récupérateur de plomb a été mise à la charge de la commune, qui doit assurer, pour les tireurs, des installations répondant aux normes. »

Soutien mérité au tissu associatif
La formation en général a coûté quelque 162 000 francs de moins que prévu, soit une baisse d’environ 10 pour cent, liée notamment à l’annulation de diverses activités scolaires pour cause de Covid, ainsi qu’à une participation cantonale plus élevée aux frais de traitement du personnel enseignant, eu égard aux charges de formation, calculées par habitant, particulièrement élevée dans notre commune.
Inversement, la rubrique Culture, sports et loisirs présente des charge supérieures de 44 000 francs au budget. De nombreuses manifestations ont certes été annulées, mais les subventions aux sociétés locales ont été augmentées pour cause de Covid. Vincent Fleury : « Les aider à affronter cette période difficile était important aux yeux de l’Exécutif, qui apprécie à sa juste valeur leur apport précieux à la qualité de vie de la commune en général et au bien-être de sa jeunesse en particulier. »
La même conviction justifie la subvention de 34 000 francs versée au Football-Club pour son raccordement au chauffage à distance et les 10 000 francs investis dans le réaménagement de la place rouge.

Un œil attentif sur la crèche
La rubrique Santé a coûté 4000 francs de moins que les 10 000 budgétés pour assurer une partie des coûts éventuels liés à une denture anomale.
On relève en revanche une hausse de 316 000 francs au chapitre de la Sécurité sociale, due pour l’essentiel à la crèche municipale. « Durant deux mois, l’institution a dû demeurer fermée pour cause de pandémie ; aucune facture n’a été adressée aux parents et pourtant, en tant que commune, nous n’avons pas eu droit aux RHT », précise Vincent Fleury. En ajoutant que l’an dernier, une vingtaine seulement des 36 places étaient occupées en moyenne. La situation sanitaire semble avoir conduit de nombreux parents à mettre en place une autre solution de garde.
Précisons que l’Exécutif local a pris rapidement des mesures, redimensionnant la crèche à 24 places dès le 1er janvier 2021. « Les autorités suivent de près le fonctionnement de cette institution, afin d’éviter une explosion des coûts. »

La péréquation appréciée
La commune a touché 87 000 francs de plus au titre de la péréquation financière et de la compensation des charges, grâce à une hausse substantielle des prestations versées pour les charges géotopographiques, lesquelles pèsent sur les localités excentrées et dont le territoire est pour bonne part en altitude.
Au chapitre des quotes-parts, on mentionnera les quelque 40 000 francs versés par le canton de Berne, au titre de quote-part de l’Impôt fédéral direct (IFD), pour limiter les pertes communales dans le domaine des impôts sur les personnes morales, ensuite de la réforme fiscale bernoise.

A but social
Au chapitre Administration de la fortune et de la dette, Vincent Fleury relève des charges nettes supérieures de 163 000 francs. Et de préciser que cette hausse est due pour l’essentiel à l’attribution, au FS Préfinancement des capitaux propres, du bénéfice réalisé en vendant le terrain Sous-L’Eglise voici une dizaine d’année ; on se souvient qu’il avait été décidé en assemblée d’utiliser ce bénéfice pour des actions sociales locales. Les 184 000 francs en question s’amortiront durant les années à venir, à travers divers opérations concrètes en faveur des enfants ou des aînés en particulier.

A l’équilibre
Signalons enfin que les Financements spéciaux ont fort bonne mine. Celui de la gestion des déchets clôture sur un équilibre quasi parfait, tandis que celui du traitement des eaux usées boucle sur un léger excédent de charges, à savoir 14 000 francs (le budget en prévoyait 16 000). « Avec une réserve de 452 000 francs, une telle perte est parfaitement supportable », précise l’administrateur des finances.
Rappelons que la gestion des coûts liés à l’alimentation en eau potable est confiée au Syndicat intercommunal. | cm

Des projets supportables

Avec quelque 260 000 francs d’investissements effectivement consentis en 2020, la commune est restée très en deçà de ses prévisions. L’exercice a en effet été jalonné de chantiers relativement modestes et du lancement initial de gros projets qui se poursuivront sur plusieurs années. La rénovation prévue du collège n’en est encore qu’au stade de l’étude, l’aménagement de ses alentours va démarrer dès que sera délivré le permis ad hoc, les travaux de la rue du Tombet ont commencé, l’installation des conteneurs semi-enterrés attend encore les autorisations nécessaires émanant des autorités supérieures, la viabilisation de la rue du Tilleul est pour bientôt.
« Avec une fortune de quelque 4,3 millions de francs, la commune pourra supporter les charges de ses grands projets à venir. Ils sont nécessaires et raisonnables », conclut Vincent Fleury. | cm