Archives mensuellesjuin 2020

SideBar

Les échos du Conseil du 26.06.2020

Quelques dons

A la Ludothèque de Saint-Imier, le Conseil municipal a attribué mardi dernier un don de cent francs. Le même montant a été offert à la section Bienne-Jura bernois de Procap.
Pour son prochain festival musical à but non lucratif, agendé à août 2020, les autorités ont également accordé une somme de cent francs au Salon de musique de Cormoret.
La Grenouille, centre de théâtre jeune public établi à Bienne, recevra aussi un don de cent francs. | cm

Syndicat des eaux : Nouveau visage

Parmi plusieurs candidatures, le Conseil municipal a choisi de proposer celle d’Olivier Delobel, pour succéder à Pascal Walther au comité du Syndicat des eaux Courtelary-Cormoret. Sa nomination doit être avalisée par la prochaine assemblée des délégués.
Les autorités remercient Pascal Walther pour le travail accompli au sein de cet organe, ainsi qu’Olivier Delobel pour sa mise à disposition. Elles souhaitent à ce dernier beaucoup de plaisir dans sa future nouvelle fonction. | cm

L’Espace Nicolas Béguelin appartient à la SDC

La Municipalité a vendu le bâtiment qui abrite l’Espace Nicolas Béguelin à la SDC (Société de développement et d’embellissement de Courtelary, présidée par Michel Zurbuchen). Cette société a mis en valeur cet immeuble, qu’elle entretient, rénove et fait vivre depuis le début des années 1990, investissant temps et argent dans les différents travaux et autres manifestations.
Il apparaissait donc très logique de le lui vendre, en régularisant une situation de fait, avant que la SDC n’entreprenne de nouveaux et importants travaux.
Tout prochainement en effet, la réfection du sol et des sanitaires sera lancée par la nouvelle propriétaire.
L’acte de vente a été signé la semaine dernière et le transfert sera effectif dès son inscription au Registre foncier.
Le Conseil municipal souhaite bon vent à la SDC et la remercie chaleureusement de son implication concrète à la vie sociale et culturelle de la commune. | cm


Cassons combustibles : les abus foisonnent

Mercredi 17 juin, une fois de plus, les services techniques ont été confrontés à une situation déplorable, en de nombreux endroits de la commune : des citoyens irrespectueux, volontairement ou non, avaient déposé sur les chaussées quantité d’objets ou matériaux cassons qui n’avaient vraiment rien de cassons combustibles…

Le métal à la Châtelaine !
Conséquemment, les autorités répètent une fois encore que les collectes de cassons combustibles sont réservées aux gros objets (meubles, matelas, volumineux récipients plastiques, notamment), composés de matériaux combustibles (bois, matière textile ou plastique, etc.) et dont les dimensions empêchent de les glisser dans un sac officiel consigné.
Les meubles et autres gros objets de composition mixte seront préalablement débarrassés de leurs parties métalliques.
Toutes les pièces constituées entièrement ou majoritairement de métal devront être apportées, les jours de collecte ad hoc (voir le MémoDéchets) et durant les heures d’ouverture, au garage de la voirie qui est situé au numéro 9 de la Châtelaine.

Une étude en cours
Face à la multiplication des incivilités dans ce domaine, la Commune réfléchit actuellement à une nouvelle organisation des collectes, qu’elle entend mettre en place dès l’année prochaine.
En attendant, et afin que ce service gratuit puisse continuer à être offert à la population, chacun est instamment prié de respecter les règles en vigueur. Merci par avance. | cm

Les déchets de ce genre n’appartiennent nullement à la catégorie des cassons combustibles et doivent être apportés au garage de la voirie, lors des collectes ad hoc

Pour diminuer frais et impacts environnementaux

La Municipalité vient d’acquérir et de mettre en service le nouveau véhicule communal qui était inscrit au budget 2020. Cet engin permettra de réduire les coûts et la pollution des petits transports, en évitant aux services techniques de devoir utiliser un gros engin pour le déplacement de personnes ou d’objets de faibles dimensions.
Par ailleurs, grâce à cette voiture, les employés de l’administration et les membres des autorités municipales pourront limiter leurs frais de déplacements, en lien évidemment avec les affaires communales. Le personnel l’utilise pour des trajets de courte distance.
Le véhicule a bien sûr été « customisé » aux couleurs de la Municipalité. | cm

Le nouveau véhicule communal

Nouvelle directrice pour Les Moussaillons

Le Conseil municipal vient de nommer la nouvelle directrice de la crèche Les Moussaillons, en la personne de Zahia Rahmani, une habitante de La Chaux-de-Fonds, jeune quadragénaire possédant déjà une belle expérience dans le domaine. Educatrice de l’enfance diplômée, la nouvelle employée possède également une pratique de la gestion d’équipes. Engagée à un taux de 70 pour cent, elle entrera en fonction le 1er août prochain.
Mme Rahmani a été choisie parmi une longue liste de candidatures, dont plusieurs de haute qualité. Les autorités municipale se réjouissent de collaborer avec elles et lui souhaitent d’ores et déjà la bienvenue.
A Coraline Meier, qui a assuré la fonction directoriale depuis le passage au caractère communal de l’institution, le Conseil municipal adresse ses chaleureux remerciements ; il est très heureux qu’elle demeure fidèle à la crèche locale, où elle avait souhaité privilégier les tâches d’éducatrice, plutôt que la direction pédagogique. | cm

Cimetière : trop de tombes sont laissées à l’abandon

Les autorités du chef-lieu ont été interpellées par des habitants de l’agglomération, quant à l’état du cimetière de Courtelary et Cormoret. Visite effectuée sur place, elles ont pu constater effectivement que de trop nombreuses tombes sont littéralement laissées à l’abandon et ont conséquemment été colonisées par des végétaux de grandes dimensions, qui poussent librement dans tous les sens, débordant sur les tombes voisines et les allées notamment.

Un appel aux familles
La Municipalité de Courtelary va contacter les familles des défunts inhumés dans ces tombes, celles qu’elle parviendra à localiser du moins. Par courrier personnel, comme par le présent avis officiel, elle les exhorte à remettre les sépultures concernées dans un état répondant aux exigences du règlement du cimetière.
Ce règlement stipule notamment, en son article 36, que « tous les monuments et objets d’ornement doivent donner par leurs formes, leurs matériaux et leurs contenus, une impression de dignité et de décence et contribuer à l’harmonie du cimetière qui prime sur l’esthétique particulière de ces éléments distinctifs ».


Variétés naines
Le règlement précise par ailleurs que le espèces végétales utilisées comme plantations permanentes doivent impérativement appartenir à des espèces naines, de rosiers ou autres conifères en particulier ; les espèces végétales envahissantes sont proscrites et aucune plante ne doit empiéter sur une autre tombe.
Plus loin, ce texte spécifie que les monuments ou objets non conformes aux prescriptions doivent être enlevés ou entretenus de manière à répondre à ces règles. Dans le cas où les familles des défunts ne procèdent pas aux travaux demandés, la commune les exécute par substitution, mais à leurs frais évidemment.
Assumant l’entretien des allées, les services municipaux concernés invitent les personnes concernées à faire de même avec les tombes et les en remercient pas avance. | cm

Les échos du Conseil du 12.06.2020

Soutien à l’égalité

Le Conseil municipal a décidé d’attribuer un don de deux cents francs au frac, le Centre d’information et de consultation qui s’engage pour l’égalité des chances des femmes et des hommes dans le monde du travail, sur le territoire du Jura bernois et de Bienne.
Le frac fêtait l’an dernier son 10e anniversaire et parmi ses quelque mille consultations annuelles, il en a donné à des habitantes de notre commune. Rappelons que son but consiste à proposer aux femmes un lieu d’échanges et un réseau, un point de contact facilement accessible sur toutes les questions concernant le travail et la conciliation entre famille et travail. Le frac est également ouvert aux hommes qui souhaitent augmenter leur part dans les activités familiales. | cm

Délégation

Ronald Ermatinger, conseiller municipal, représentera les autorités locales à l’assemblée générale annuelle du SASC (Service d’action sociale Courtelary), le jeudi 18 juin dans la commune. | cm

Rendez-vous à tous le 29 septembre

Les autorités communales ont décidé de repousser l’assemblée municipale, qui était initialement prévue en ce mois de juin. En raison de la pandémie bien évidemment, cette séance du Législatif locale a été agendée au 29 septembre prochain. Attention : exceptionnellement, et pour des raisons d’obligations diverses, cette assemblée se déroulera bien un mardi soir.
Le Conseil municipal se réjouit d’ores et déjà de pouvoir rencontrer la population à cette occasion, ensuite d’une pause estivale dont on espère bien qu’elle aura permis de tourner la page Covid-19.
Les comptes communaux 2019 (présentés en détails vendredi dernier dans ces colonnes) et quelques objets d’actualité seront soumis le 29 septembre, dès 20 h au Centre communal, aux ayants droit de la commune. Nous en parlerons ici en temps voulu. | cm

Garde d’enfants : les demandes doivent être remplies

L’administration municipale rappelle à la population que le système des bons de garde entrera en vigueur au 1er août prochain dans la commune. Pour tous les parents qui ont besoin de faire garder leur enfant dans une crèche ou auprès d’une famille d’accueil, dès la prochaine rentrée scolaire, il est donc temps de remplir la demande ad hoc.
La période des vacances estivales étant proche, il est fortement conseillé de procéder ce mois encore aux démarches ad hoc.
Toutes les informations souhaitables, quant au nouveau système de subventionnement, figurent sur le site de la commune (www.courtelary.ch).

Les Moussaillons sont sur kiBon
Ce nouveau système change la manière de soutenir les parents qui doivent faire garder leurs enfants. Ainsi les aides financières seront-elles désormais versées directement aux parents, à travers les fameux bons, et non plus aux institutions.
Rappelons que pour avoir accès à un bon de garde, il faut impérativement choisir de faire garder son enfant dans une institution (crèche ou maman de jour) reconnue par le Canton de Berne et située sur le territoire de ce dernier.
On soulignera que la crèche municipale Les Moussaillons appartient à ces institutions officielles, qui vient d’ailleurs de faire son entrée sur le site kiBon.

Tout sur internet
Les parents pourront remplir leur demande en ligne, grâce au formulaire accessible par l’application kiBon, que l’on trouve sur www.kiBon.ch. Le grand avantage de cette application : le système est simple et le formulaire est transmis instantanément à l’administration compétente.
De surcroît, comme pour les déclarations d’impôts en ligne, les données enregistrées sur kiBon sont accessibles en tout temps et partout au requérant qui pourra les modifier si besoin et les récupérer l’année suivante.
Les parents qui n’ont pas accès à Internet peuvent solliciter des formulaires papier auprès de l’administration communale, où ils devront les rapporter une fois remplis de manière exhaustive.

Besoin d’aide ?
Dans les cas exceptionnels, l’administration municipale pourra apporter son aide aux parents qui ne parviendraient pas à remplir le formulaire ad hoc. Cette aide sera dispensée dans les bureaux de la Commune et sur rendez-vous préalable uniquement (032 944 16 01, admin@courtelary.ch).
Il va de soi, par ailleurs que l’administration répond très volontiers, par courriel en priorité, par téléphone en cas d’impérative nécessité, aux questions des parents en lien avec ce nouveau système. | cm

En septembre
En raison de la pandémie, le règlement relatif à l’introduction des bons de garde dans la commune, sera soumis rétroactivement aux ayants droit de la prochaine assemblée municipale, donc à fin septembre. Ce qui n’empêche nullement l’introduction de ce système au 1er août prochain. On rappellera en effet que le budget communal 2020 a pris en compte les montants nécessaires prévisibles. | cm

Les échos du Conseil du 05.06.2020

Jordan Zeller est entré en fonction

La Municipalité a reçu des candidatures très intéressantes, répondant à une mise au concours récente concernant la voirie communale. En raison d’une réorganisation de ce service, doublée d’une arrivée en retraite, les autorités ont décidé d’engager deux personnes, d’ici la fin de l’année en cours.
On précisera que Domenico Paladino aurait dû jouir de sa retraite au 31 mai dernier, qui a cependant accepté de prolonger son engagement jusqu’à son remplacement. La Commune l’en remercie chaleureusement.

Un enfant du village
Un engagement a donc été réalisé ce printemps à la grande satisfaction des autorités. Jordan Zeller, 27 ans ce mois, a en effet pris officiellement ses fonctions le 1er juin, qui travaillait déjà pour la voirie locale durant les derniers jours de mai.
Marié, père de deux bambins et domicilié à Cortébert, Jordan Zeller a suivi une formation agricole, exerçant cette profession chez son père Ernest, ainsi qu’en divers endroits où il a assuré des dépannages, avant de travailler pour une entreprise de la Vallée de Tavannes.
« Lorsqu’un remplacement de voyer-fontainier a été mis au concours à Cortébert, je me suis lancé, sans du tout connaître la fonction. Or grand bien m’en a pris, ce métier m’a immédiatement séduit, par sa diversité notamment. »
C’est donc un employé particulièrement enthousiaste, dont notre voisine de Cortébert a grandement apprécié les qualités professionnelles, soin et sérieux en particulier, que le Conseil municipal se réjouit d’avoir engagé. | cm


Jordan Zeller a pris ses fonctions avec enthousiasme

La vigilance paie : les comptes 2019 bouclent favorablement

Le tissu fiscal de la commune est visiblement en bonne santé. De quoi appréhender avec une certaine sérénité les effets du Covid et les gros investissements à venir.
Vincent Fleury, administrateur des finances, a pu boucler de manière très satisfaisante l’exercice comptable 2019 : un résultat positif de quelque 856’000 francs au compte général, soit une amélioration dépassant le million de francs, puisque le budget prévoyait un excédent de charges d’environ 206 000 francs. Au compte global (celui qui englobe également les Financements spéciaux), le résultat positif atteint près de 989’000 francs, sur un roulement d’environ 8,5 millions de francs.


Une belle santé fiscale
Cette bonne surprise est due essentiellement aux recettes fiscales, lesquelles se sont révélées supérieures au total budgété, de quelque 961’000 francs. Les impôts sur le revenus des personnes physiques sont supérieurs de 668’000 francs aux prévisions basées sur l’exercice précédent ; s’y est encore ajouté une hausse de 115’000 francs environ pour les impôts sur la fortune des mêmes personnes physiques. Des améliorations appréciables, et imprévisibles : « Les habitants ont augmenté, d’une part, et l’année 2019 a visiblement été bonne pour nos citoyens, sur le plan professionnel », se réjouit Vincent Fleury. Non sans souligner : « Dépendant proportionnellement assez peu des personnes morales, nous n’avons pas à redouter des effets trop importants de la RFFA ».


Jolies surprises
Au sujet des personnes morales justement, on précisera que le partage d’impôts sur leur bénéfice a été supérieur au budget de quelque 34’000 francs, lui qui concerne les entreprises tenant à Courtelary une antenne mais non leur siège. Les taxations spéciales (41’000 francs de plus) et les taxes immobilières (89’000 francs de plus) ont réservé elles aussi de jolies surprises, tout comme l’encaissement d’impôts précédemment dépréciés (35’000 francs).
On conclura ce chapitre en précisant que l’Indice de rendement harmonisé (IRH) de Courtelary est toujours inférieur à la moyenne cantonale (ce qui vaut à notre commune de toucher 224’000 francs de prestation complémentaire au titre de la péréquation financière), mais qu’il se situe désormais parfaitement dans la moyenne régionale ; cet IRH reflète la « qualité » des contribuables.


On tient le budget
Un second facteur important mérite d’être relevé : les charges de formation furent inférieures au budget, de près de 160’000 francs, pour diverses raisons imprévisibles à l’heure d’établir les prévisions.
On ne saurait évidemment passer sous silence la grande vigilance dont les conseillers municipaux font preuve depuis plusieurs années, en respectant le budget au plus près possible et en faisant preuve de modestie, aussi bien dans les dépenses courantes que dans les investissements.


Des financements équilibrés
Au chapitre des financements spéciaux, on ne s’arrêtera pas à celui de l’alimentation en eau, qui a vu la commune transférer patrimoine et responsabilité au syndicat intercommunal nouvellement créé.
Le FS du traitement des eaux usées boucle sur un tout petit excédent de dépenses (environ 2300 francs) et présente une fortune actuelle de 466’000 francs. La gestion des déchets a elle aussi généré un excédent de revenus, chiffré à quelque 22’000 francs et dû notamment à des frais d’incinération plus bas que prévus et des taxes plus élevées induites par l’augmentation de la population ; ce FS s’élève à quelque 43’000 francs.

Investissements mesurés
Les investissements ont à peine dépassé 300’000 francs en 2019, alors que le budget prévoyait un total de 1,8 millions de francs. L’explication principale réside évidemment une fois encore dans le changement de système au niveau de l’alimentation en eau. Par ailleurs, on rappellera que l’assemblée a refusé l’aménagement prévu de la place de jeu de la Châtelaine (120’000 francs), tandis que les travaux de réfection de la route éponyme (crédit de 145’000 francs accepté par l’assemblée de juin 2019) ont dû être repoussés ; on espère qu’ils pourront être menés avant la fin de l’été.

La fortune grossit
Quant aux autres différences avec le budget, on soulignera qu’elles sont pour la plupart très minimes, et relèvent de dépenses liées.
La fortune actuelle de la commune s’élève à quelque 4 millions de francs, qui a grossi de 925’000 francs en 2019. De quoi absorber un peu plus sereinement les effets Covid… | cm

La commune à un tournant

Cet exercice très positif ne doit pourtant pas pousser la Commune à l’euphorie. « Nous arrivons à un carrefour », souligne l’administrateur des finances. Des investissements conséquents vont devenir indispensables ces toutes prochaines années, en particulier pour le collège. La plus grande vigilance demeure donc de mise. Ce d’autant plus que nous n’échapperons pas aux effets négatifs de la pandémie. »
Et Vincent Fleury de souligner que les autorités continueront à soutenir les dépenses qui sont nécessaires au bien des citoyens et au développement du village. « S’il ne faut pas afficher un optimisme excessif, il est cependant confortable de pouvoir appréhender l’avenir avec davantage de sérénité, grâce à quelques exercices positifs. Mais attention : il n’est vraiment pas temps de toucher à la quotité fiscale. Même si elle est clairement supérieure à la moyenne du Jura bernois (2.14, contre 1.89), réglons d’abord les problèmes que générera la pandémie, puis assumons les gros investissements en vue. Il serait malvenu d’abaisser la quotité, pour devoir la réaugmenter à court, voire à très court terme… ». | cm